Vincente Minnelli : The man that made movies

ImageDocumentaire de Richard Schickel, Etats Unis, 1973, 57 minutes.

Cette excellente présentation de l’œuvre de Vincente Minnelli est illustrée par de très larges extraits de ses principaux films ainsi que par de nombreuses interviews égrenées tout au long du documentaire (dont celles de Vincente Minnelli lui-même). Je vous présente ici un court résumé de ce que j’ai appris.

ImageNé en 1903 d’une famille d’artistes de théâtre, Vincente Minnelli suit durant son enfance la vie ambulante de ses parents à travers les Etats-Unis. Il fait ses débuts de metteur en scène à Broadway dans le années 1930 avant de rejoindre la MGM à Hollywood en 1940. Il s’y illustre rapidement comme réalisateur de films musicaux, un genre aux mises en scènes jusque-là un peu mièvres, qu’il va contribuer à enrichir en explorant de nouvelles ressources expressives.

ImageCabin in the sky (1943) restitue par exemple avec réalisme l’atmosphère d’un foyer noir modeste du sud des Etats-Unis. Le joyeux Meet me in San Louis (1944) contient aussi des scènes bouleversantes de terreur et de désespoir enfantin. Ziegfield’s folies (1946) et The Bandwagon (1953) sont des hommages vivants et colorés à la comédie musicale de Broadway, un milieu que le metteur en scène a beaucoup fréquenté. The Pirat (1948) et Brigadoon (1954) donnent  une place essentielle à l’onirisme et au fantastique. Madame Bovary (1949), inspirée du chef d’œuvre du romancier français Gustave Flaubert, est une poignante tragédie sur les rêves déçus d’une femme de province. ImageUn américain à Paris (1951) révolutionne la chorégraphie du film musical en introduisant une très longue scène de ballet aux reflets surréalistes. Gigi (1958), inspiré d’un roman de Colette, confirme encore une fois l’intérêt de Minnelli pour la culture française … et son amour pour Paris.

Le documentaire nous rappelle enfin que le grand metteur en scène a également réalisé de nombreux films de fiction non musicaux aux tonalités parfois très dramatiques, comme The Father of the Bride (1950) ou Lust for Life (1956), consacré au peintre Vincent Van Gogh.

Outre la quarantaine de long métrages qu’il a réalisé, Vincente Minnelli, mort et 1986, a laissé en héritage au public sa fille Liza, née de son mariage avec Judy Garland.

Pour en savoir davantage sur le film, consulter la fiche de présentation IMDB. Pour des éléments plus précis sur la vie et la filmographie de Vincente Minnelli, consulter la fiche Wikipedia.

                                                                                                                        Fabrice Hatem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *