Catégories
Nouvelles En vrac

24 heures dans la vie d’un rêveur – Chapitre 1 : un amour sous l’occupation

ImageTous les samedis matins, sur le coup de 9 heures, Paul se rendait à la place de l’église, dans le vieux Bormeilles, pour acheter quelques croissants et autres pains au chocolat à la grande boulangerie, face à la maison de la presse. Avec sa grande vitrine aérée, ses portes en verre coulissants, ses longs comptoirs d’exposition où s’alignaient gâteaux et viennoiseries mise en valeur par un éclairage aux couleurs chaudes, cette boutique moderne n’avait pas grand-chose à voir avec les vieilles boulangeries montmartroises de son enfance, à la décoration art nouveau, où il allait acheter des friandises en sortant de l’école.

Et pourtant, il adorait s’y rendre, non seulement parce que les croissants beurrés et fondants ravissaient son palais, mais surtout parce qu’il pouvait ainsi échanger quelques mots, une ou deux fois par semaine, avec la charmante boulangère. C’était une jeune brunette d’assez petite taille, plutôt maigrichonne, pas vraiment jolie, mais vive, souriante, serviable, et qui surtout avait une très jolie voix. Une voix qu’elle utilisait souvent pour chanter de vieilles chansons populaires, celles de Piaf et de Frehel. Des histoires d’amours passionnées et malheureuses, de mères misérables et de gamins des rues, de filles perdues et de soldats morts à la guerre, qui parlaient à son cœur en lui rappelaient les rengaines de son enfance, celles d’un monde aujourd’hui presque disparu, dévoré par une modernité anonyme et violente.

Pour lire la suite de cette nouvelle, cliquez sur le lien suivant :  Occupation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *