La milonga des deux chances

Il y a quelques années, mon ami El Turquito avait ouvert une milonga dans une ancienne boite homosexuelle de Pigalle, qui s’appelait, je crois « Vice-versa » (déjà tout un programme en soi). Mais moi, j’avais pris l’habitude de l’appeler « la milonga des deux chances ». En effet, elle se trouvait rue Frochot, c’est-à-dire qu’elle était environnée de plein de boites à filles. Ce qui était drôle, c’est que quand je sortais de « vice-versa » en compagnie d’une tanguera, les filles qui étaient à l’affut du client à la porte de leur boite m’ignoraient totalement. Par contre, lorsque je sortais seul, les mêmes filles qui avaient été d’une discrétion exemplaire la veille me faisaient des avances sans ambiguïté. C’était cool. C’est pour cela que j’avais surnommé Vice Versa « la milonga des deux chances ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *