Verrines d’avocats, Salade de coques et moules, Vatrouchka

Samedi 25 mars 2012

ImageComme j’en ai pris l’habitude depuis quelques semaines, les projections privées de mes films sur Cuba sont devenues l’occasion pour moi de réunir mes amis autour d’un bon repas gastronomique.

Ce samedi 24 mars, j’ai eu ainsi le plaisir d’accueillir mon ami d’enfance René Marx, devenu au fil de ans un éminent critique de cinéma, accompagné de son fils Marin. Ma chère copine Solange, aujourd’hui comédienne, était également présente avec son compagnon. La table était enfin honorée de la présence de Samuel, webmaster de mon site et auquel je voue une infinie reconnaissance.

ImageComme d’habitude,  Ma Mie Mireille a brillé par ses talents de cuisinière. Avant la projection de mon documentaire sur le danseur folklorique cubain Domingo Pau, elle nous servit, en guise d’amuse-gueule, des toasts de Houmous et de tartare de bulots, dont je vous ai déjà parlé dans un autre article.

Mais la véritable entrée, servie après le film, fut constituée d’une verrine d’avocats, de Saint-Moret  et de crevettes roses.

ImagePour le préparer, il faut d’abord couper les avocats en dés, puis les mettre de côté après les avoir arrosés de jus de citron pour éviter qu’ils ne noircissent.  On mélange ensuite du Saint-Moret avec du lait pour le rendre plus liquide. On fait macérer les crevettes roses cuites et décortiquées dans du citron et de l’huile d’olive. On dispose ensuite successivement dans les verrines une couche d’avocats et une couche de Saint-Moret, puis on place les crevettes par-dessus. On saupoudre ensuite du Paprika ou du persil pour ajouter une touche de couleur. On obtient une verrine aux couleurs pastel, vert pâle, blanc crème et rose au goût extrêmement doux.

La douceur onctueuse des avocats et du fromage fait agréablement ressortir le goût légèrement iodé des crevettes.

ImageNous avons continué par une salade de  coques et de moules, dont la préparation est assez simple. Il faut d’abord faire ouvrir, séparément les coques et les moules dans un faitout. On recueille le jus de cuisson en le laissant décanter pour éliminer le sable. On hache de la ciboulette, de l’échalote et du persil. On fait cuire du riz à la pilaf. On y verse les moules et les coques cuites. On verse sur le riz  trois cuillères à soupe respectivement de jus de moules et de coques. On ajoute la ciboulette, l’échalote et le persil, plus un peu de vinaigre et d’huile.

On obtient un plat nourrissant mais qui n’alourdit pas l’estomac.

Image Le repas s’est terminé par une vatrouchka, c’est-à-dire un gâteau constitué de fromage blanc, auquel ont  été incorporés du raisin sec, du sucre, des zestes de citron rapés et des œufs. Cette préparation est disposée sur un fond de pâte sablée, dans une terrine carré.  On fait cuire le tout au four pendant une quarantaine de minutes.

Ce gâteau a provoqué une mini-émeute chez les convives, instantanément transformés en voraces Pirañas : en moins de dix minutes, il n’en restait pas une miette !!!

Merci, Ma Mie Mireille !!!

Fabrice Hatem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *