Verrines aux betteraves, Pirojki au fromage, Toasts de houmous, Salade au haddock, Cake au chocolat

Les recettes de Ma Mie Mireille, Samedi 25 février 2012

A l’occasion de la présentation à quelques amis du film documentaire que j’ai réalisé l’été dernier sur le grand danseur folklorique Cubain Domingo Pau, ma compagne Mireille a mis les petits plats dans les grands.

Jugez-en vous-même en lisant la description du menu (largement réalisé à base de produits de la mer, à l‘exclusion de toute viande animale).

L’entrée était constituée d’une verrrine au betteraves, chèvre et tarama. Tirant son nom du récipient où elle est présentée, cette préparation comporte, comme le montre la photo ci-contre, plusieurs couches. Pour la première couche, de couleur rose, on mixe des betteraves avec de l’ail, on sale, on poivre, et on mélange avec du yaourt brassé. La seconde couche, de couleur blanche, est constituée de fromage de chèvre écrasé avec de la crème liquide. La troisième couche, de couleur orangée, est à base de sauce tarama (tarama mélangé avec un peu de crème). Sur le dessus, on peut mettre un brin de persil ou de cerfeuil pour ajouter une petite touche de vert. On obtient une préparation multicolore dont le goût doucement salé contraste de manière surprenante avec un aspect qui laisse plutôt présager un dessert sucré.

Furent ensuite servis des Pirojkis au fromage et aux noix. On prend de la pâte brisée, on l’étale sur 3 millimètres d’épaisseur, puis on découpe dedans des ronds de 7 centimètres de diamètre. Au milieu de chaque rond, on pose une cuiller de fromage blanc de faisselle bien égoutté, auquel on a préalablement incorporé des noix concassées. On poivre, on sale, on replie les rondelles en deux et on pince tous les bords de manière à bien fermer la demi-lune ainsi constituée. On badigeonne les chaussons d’un jaune d’œuf battu et on met au four. On sert quand la pâte est cuite et bien dorée. Un obtient un met d’un goût raffiné, associant la douceur du fromage et la très légère acritude de la noix.

Le troisième plat était constitué de Toasts de Humus (purée de pois chiches libanais) et tartare de bulots. On hache des bulots cuits auxquels on incorpore du citron confit haché, une cuiller à café de graine de cumin et une demi-cuiller à café de Curcuma. On ajoute un filet d’huile d’olive. On tartine de Houmous les tranches de pain et on ajoute le tartare de bulot sur le dessus. On saupoudre de curcuma pour apporter un peu de couleur.

Le quatrième plat était une Salade aux deux pommes et Haddock. On fait bouillir des pommes de terre nouvelles ou Charlotte ; on prend du Haddock et on l’effiloche. On coupe des pommes-fruits en lamelles. On dispose dans une assiette les pommes de terre coupées en tranche ; on dispose par-dessus des tranches de pomme-fruits, puis des tranches fines de Haddock. On prépare une sauce à base de jus de citron et de crème fraîche liquide. On poivre et on verse cette sauce sur le plat. O saupoudre de ciboulette hachée. On sert frais. Le goût sucré des pommes et leur texture très coulante contraste agréablement avec la saveur salée et la consistance un peu élastique du Haddock.

Le dessert était constitué d’un Cake au chocolat et aux oranges confites. On fait fondre du chocolat avec du beurre, on sépare les jaunes d’œufs des blancs qui sont montés. On incorpore un à un les jaunes d’oeuf au mélange beurre-chocolat fondu, puis le sucre et la farine. On rajoute en dernier les oranges confites coupées en petites lanière, puis délicatement les blancs d’œufs battus en neige. On verse la préparation dans un moule chemisé, puis on fait cuire au four 40 minutes à 180 degrés (plonger régulièrement un couteau pour voir si l’intérieur du gâteau est cuit).

Les lanières d’orange confite craquent un peu sous la dent, tandis que la saveur du chocolat moelleux emplit la bouche.

Le dîner s’est terminé par quelques tranches d’ananas frais pour rafraîchir le palais. Comme dans le cas du cake au chocolat, l’image est égayée par la présence de Ramon, le petit sanglier fétiche de ma compagne Mireille, qui s’était réfugié là pour échapper aux assauts de Capitaine, le jeune chien de notre amie Nicole.

Le tout était accompagné par du vin blanc Pétillant « Royal Seyssel ».

Merci, Ma Mie Mireille !!!

Fabrice Hatem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *