Cuirassiers

Les cuirasImagesiers constituaient, avec les carabiniers et les grenadiers à cheval, l’un des trois grands corps de la cavalerie lourde, chargée d’intervenir au moment critique du combat pour briser la ligne ennemie et emporter la décision par une charge terrifiante.

Les  cuirassiers étaient vêtus d’un habit bleu roi, avec des épaulettes rouges, et d’une culotte à peau de mouton. Ils portaient pendant les combats une cuirasse en fer couvrant la poitrine et le dos ainsi qu’un casque de fer à la romaine, surmonté d’un cimier jaune et orné d’une houppette rouge et d’un crin noir. Ils étaient armés d’un sabre droit, d’un pistolet et d’un mousqueton. La sellerie était constituée d’une chabraque en peau de mouton, d’une housse et d’un portemanteau bleu roi bordée de blanc. Vers 1810, Ils étaient organisés en une quinzaine de régiments.

Parmi leurs faits d’armes les plus prestigieux, on peut citer leur rôle central dans la charge des 80 escadrons, qui, lancés par Murat, brisèrent la ligne russe à Eylau en 1807 ; la prise de la grande redoute de la Moskova sous le commandement de Caulaincourt, qui y laissa la vie, en 1812 ; l’anéantissement du tiers d’un corps d’armée russe par les cuirassiers à Montmirail en 1814 : et, bien sûr, les charges furieuses et désespérées de Ney sur le plateau de Mont-Jean à Waterloo en juin 1815.

Pour regarder quelques images de ces charges héroïques, cliquez sur le lien suivant : Cuirassiers 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *