Parade de printemps (Easter Parade)

ImageFilm musical de Charles Walters, musique d’Irving Berlin, avec Fred Astaire, Judy Garland, Ann Miller, Etats-Unis, 1948, 108 minutes.

 

New-York, 1912. Abandonné par sa partenaire, la très sophistiquée Nadine (Ann Miller), le danseur vedette de music-hall Don Hewes (Fred Astaire), décide par dépit, de reformer un duo avec la première danseuse venue. Il choisit la jeune Hannah (Judy Garland), rencontrée par hasard dans un bar de nuit. Après des débuts un peu difficiles, le nouveau couple connaît bientôt le succès. Mais les choses se compliquent lorsque l’amour s’en mêle…

 

ImageUn scénario de qualité, le romantisme bohème de Fred Astaire, la spontanéité juvénile de Judy Garland, des scènes de danses joyeuses et rythmées, font ce film aux couleurs chatoyantes une grande réussite.

 

ImageJ’ai particulièrement apprécié le traitement psychologique subtil et très crédible des trois principaux protagonistes. Don, après avoir choisi presque au hasard Hannah comme nouvelle partenaire, tombe progressivement amoureux d’elle tout en découvrant l’originalité de sa personnalité artistique. Hannah, qui souffre de n’être pour Don que la remplaçante de Nadine, lui réclame de manière de plus en plus insistante des preuves d’amour répondant à ses propres sentiments. Enfin Nadine est partagée entre son désir de mener une carrière artistique indépendante et sa frustration inavoué de se voir supplantée par une autre dans le duo qu’elle formait avec Don. Trois psychologies complexes dont la confrontation donne lieu à des scènes d’une assez grande vérité, qu’elles soient comiques ou dramatiques.

 

ImageMais le film vaut surtout pour sa partie musicale et dansée. Il contient tout d’abord plusieurs très jolies chansons. Certaines sont joyeuses et optimistes, comme Happy Easter, chanté au tout début du film, sur des images de défilé de mode, par Fred Astaire ; ou Easter Parade, interprétée à la fin du film, sur de jolies vues de foule élégante, par Fred Astaire et Judy Garland.

 

ImageD’autres sont plus romantiques, comme It Only Happens When I Dance with You chanté par Fred Astaire au début du film pour tenter de retenir Nadine, puis repris vers la fin par Judy Garland pour exprimer son amour pour Don… Enfin, Judy Garland interprète deux chansons teintées de nostalgie : I Want to Go Back to Michigan, où elle évoque les souvenirs de sa région d’enfance ; et Better Luck Next Time, où elle regrette sur un ton doux-amer l’échec présumé de sa relation amoureuse avec Fred Astaire.

 

ImageQuant à la danse, c’est un véritable feu d’artifice, avec tous d’abord deux inoubliables solos de Fred Astaire, pleins de rythme, de couleurs et de fantaisie : Drum Crazy, un numéro de claquettes et percussions ayant pour cadre un magasin de jouets ; et Steppin’ Out with My Baby, où Astaire, après un solo inspiré accompagné d’un ballet, interprète plusieurs courts duos avec des partenaires incarnant différents types de femmes : gaie, sensuelle, sophistiquée….

 

ImageLe duo Fred Astraire-Judy Garland nous offre également plusieurs numéros comiques comme le montage Vaudeville illustrant à la fois l’avènement de leur succès artistique et l’épanouissement de leur sentiment amoureux à travers une succession d’extraits des spectacles donnés par leurs personnages Don et Hannah (I Love a Piano, Snookey Ookums, The Ragtime Violin, When the Midnight Choo-Choo Leaves for Alabama..). Cette partie du film culmine avec le désopilant A Couple of Swells, un numéro interprété dans son intégralité, où ils sont déguisés en clochards dépenaillés et hâbleurs.

ImageQuant à Anne Miller, elle associe élégance, sensualité et énergie dans plusieurs numéros solos permettant à son personnage (Nadine) de triompher à Broadway, comme Shakin’ the Blues Away et The Girl on the Magazine Cover. Elle interprète également une jolie danse romantique en duo avec Fred Astaire sur la musique de It Only Happens When I Dance With You.

 

ImageParade de Printemps remporta à sa sortie un très gros succès commercial, et obtint, en autres récompenses académiques, l’Oscar (très mérité) de la meilleure musique de film en 1948.

 

Pour en savoir davantage sur le film, consulter la fiche Wikipedia. Pour visionner la bande-annonce, cliquez sur : Trailer.

Fabrice Hatem

 

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *