Match d’amour (Take Me Out to the Ball Game)

ImageFilm musical de Busby Berkeley, avec Frank Sinatra, Esther Williams, Gene Kelly, Jules Munshin, Betty Garrett, Etats-Unis, 1949, 93 minutes.

 Etats-Unis, 1908. Eddie O’Brien (Gene Kelly) et Dennis Ryan (Frank Sinatra) cumulent deux métiers : joueurs dans une grande équipe de base-ball le jour, ils sont aussi chanteurs de music-hall la nuit… Ce qui ne les empêche pas d’ailleurs de collectionner les conquêtes féminines. Les choses, cependant, vont se compliquer pour eux avec l’arrivée de la nouvelle propriétaire de l’équipe, la séduisante mais exigeante Katherine C. Higgins (Esther Williams)… 

ImageMalgré un scénario passablement embrouillé et une intrigue sans grand rythme, Match d’amour se regarde avec plaisir du fait de la qualité des numéros chantés et dansés. J’imagine que le public américain fut également séduit par les nombreuses références au base-ball qui parsèment le film. 

ImageLa plupart des thèmes musicaux, à la sonorité d’opérette mâtinée de swing jazzy et, par moments, de folklore irlandais, sont gais et entraînants. Dans Take Me Out to the Ball Game, reprise d’une vieille et célèbre chanson consacrée au base ball, Gene Kelly et Frank Sinatra font la démonstration de leurs talents de vaudevillistes et de danseurs de claquettes. Dans Yes, Indeed, ils se vantent devant les autres membres de l’équipe, avec visiblement un peu d’affabulation, de leurs nombreux succès féminins aux cours de leurs voyages à travers les Etats-Unis (à noter la présence dans cette chanson d’une alternance chœur-soliste typique des Negro Spirituals). Au début de chaque match, ils se livrent également à une amusante parodie clownesque des joueurs de base-ball. 

ImageRéalisé quelques années après la victoire de 1945, le film comporte par ailleurs une forte dimension patriotique. Dans O’Brien to Ryan to Goldberg, Kelly et Sinatra chantent en trio avec Jules Munshin une chanson comique consacrée au base-ball, mais qui évoque aussi les vertus du « melting pot » américain, illustrées par des références musicales aux diverses origines – écossaise, irlandaise et russe – des trois personnages. Dans Strictly U.S.A, Betty Garrett, Frank Sinatra, Esther Williams et Gene Kelly chantent,  leur fierté d’être américains et leur amour pour leur pays. Au cours d’une fête débridée et colorée, Gene Kelly se livre enfin à un très joli numéro associant claquettes et folklore irlandais, The Hat My Dear Old Father Wore upon St. Patrick’s Day (photo ci-dessous). 

ImageQuant à l’amour, s’il est bien sûr présent sous son habituelle forme romantique (comme dans la chanson The Right Girl for Me, interprétée par Frank Sinatra), il donne également lieu à d’amusants moments parodiques, comme lorsque Betty Garrett, bien décidée d’aboutir à ses fins amoureuses, poursuit un Franck Sinatra apeuré dans les tribunes du stade en chantant It’s Fate Baby, It’s Fate. 

ImageA noter qu’Esther Williams, portant connue pour ses chorégraphies aquatiques, n’en interprète aucune au cours du film. 

Malgré un accueil assez mitigé de la critique, Take Me Out to the Ball Game draina à sa sortie un public nombreux, s’imposant comme l’un des plus grands succès de l’année 1949 au box office américain. 

Pour en savoir davantage sur le film, consulter la fiche Wikipedia. Pour visionner la bande-annonce, cliquez sur : Trailer.

 

Fabrice Hatem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *