Cuba : l’envers du décor, photographies de Jacqueline Geering

ImageSamedi 29 juin 2013

Charmante soirée consacrée à Charles Trenet, chez ma voisine Odile Z. La chanteuse Valérie Hebet nous a gratifié d’un tour de chant très jazzy, accompagné du pianiste Julio Laks et du contrebassiste Giovanni Licata. Nationale 7, vous qui passez sans me voir, débit de l’eau, débit de lait, Boum, et pour finir La mer reprise en chœur par l’auditoire : un moment de grâce et de chaleur humaine pour fêter la tardive arrivée de l’été.

Mon intérêt a également été attiré par l’intéressante exposition de 25 photos en noir et blanc consacrées à Cuba qui tapissaient les murs de l’appartement. Intitulée Cuba, l’envers du décor, Imagecelle-ci est l’œuvre d’une artiste franco-canadienne, Jacqueline Geering, qui a longtemps exercé le métier de photojournaliste dans de grandes agences comme Associated Press ou Gamma. Elle s’est souvent rendue à titre personnel à Cuba au cours des années 1990 et en rapporté de très nombreux témoignages visuels sur la vie des habitants de l’île, à une époque marquée par les restrictions de la période économique spéciale. (pour écouter Jacqueline commenter ses œuvres, cliquez sur la photo ci-contre)

Image « J’ai voulu prendre des photographies de la vie quotidienne des habitants, derrière les décors convenus du discours révolutionnaire et de l’exotisme tropical. Pour cela, j’ai pris mon temps. Il m’est arrivé de marcher parfois des heures dans les rues de La Havane ou de Varadero pour trouver le bon sujet, le bon cadre, la bonne lumière. Ces photos représentent dix ans de voyages, même si bien sur je n’ai pas fait que cela.»

« Cette photo a été prise en 1992, pendant la période économique spéciale. Ce monsieur est dans un café, mais il ne boit pas de café parce qu’il n’y en n’a pas. Alors, il prend un verre d’eau. C’était alors une situation difficile, un peu partout dans le pays. »

Image« Cette photo a été prise dans une église en 1998, juste avant la visite du Pape. Elle avait été fermée par Castro depuis des années. Mais les prêtres, pour conserver un espace social, avaient installé des salles de gymnastique ou destinées à d’autres activités. »

« Ils pouvaient ainsi garder ouvert ce lieu, qui servait à autre chose, mais qui restait quand même d’une certaine façon une église. Vous voyez la statue de la Vierge, qui est encore là et continue à exister. »

Image« Au cours de l’un de mes voyages à Cuba, j’ai eu la chance de rencontrer Gregorio Fuentes, qui fut le pilote du bateau qu’Hemingway prenait pour aller pêcher. Il a aussi été le modèle du personnage principale de son fameux roman « Le vieil homme et la mer ».

Quoique prises il y a plus de dix ans, ces oeuvres nous parlent toujours de la réalité actuelle d’un pays où le temps semble quelque peu figé dans l’attente d’une transition politique. A travers une série de scènes de rue et de portraits pris sur le vif, où des angles originaux mettent en évidence sans lourdeur didactique le détail essentiel, elles font ressentir quelques-unes des caractéristiques essentielles de Cuba : le charme parfois un peu hors du temps de ce pays, le caractère bien trempé de ses habitants, la dureté de la vie de tous les jours…

Les photographies de Jacqueline Geering sont actuellement exposées chez Odile Z. et sont également en vente en tirage papier. Pour en savoir davantage : jgeering@wanadoo.fr

Fabrice Hatem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *