Septeto contemporaneo : Du Son à la Timba ?

Santiago de Cuba, Vendredi 22 juillet 2011

cont1 A Santiago de Cuba, les bonnes surprises artistiques vous guettent pratiquement à chaque coin de de rue. En particulier, la Casa de la Trova, avec sa dizaine de concerts quotidiens étalés tout au long de la journée, fonctionne comme un festival permanent du Son et de la chanson cubaine traditionnelle.

Il suffit de s’y rendre à partir de midi, sans même prendre la peine de consulter le programme, de s’installer tranquillement, un verre de rhum à la main (n’abusez pas trop, tout de même, car l’addiction est rapide), et vous voyez défiler devant vos yeux émerveillés des orchestres de qualité presque toujours excellente, parfois exceptionnelle.

cont6 Los Guanches, Las Perlas del Son, Morena Son, Septeto de la Trova, Bisset Son : autant de formations de grande qualité, qui parfois peine à se faire connaître en dehors de Cuba et même de Santiago. Et pourtant, quelle source extraordinaire, peut-être unique, de talents, dont chacun mériterait qu’on lui rende longuement hommage, voit-on surgir là, loin des grandes scènes internationales !!!

J’en ai eu une nouvelle preuve en écoutant à deux reprises, hier et aujourd’hui, une excellente formation de Son, le Septeto Contemporaneo (photos ci-dessus et ci-contre).

p1100796 Cet orchestre est un quelque sorte la preuve vivante de l’enracinement de la Timba contemporaine dans le Son traditionnel. Il est en effet exclusivement composé des instruments classique des Septeto de Son (guitare, tres, tumbadora, bongo, deux chanteurs, contrebasse).

Et pourtant, son « toque » est, par moment, très proche de celui d’un orchestre de Timba : le tempo rapide, le son « macho » des percussions et la vitalité du chant font oublier l’absence des cuivres et des claviers électroniques.

cont2 Le jeu scénique du chanteur principal, Ednar Boch (Piqui), avec ses longs cheveux tressés à la Bob Marley, rappelle parfois – en plus discret tout de même – celui des chanteurs de Timba de la Casa de la Musica de La Havane.

Mais il y a aussi dans sa manière d’établir une communication chaleureuse et enjouée avec le public quelque chose d’intime et de bon enfant qui nous rappelle que nous sommes bien à Santiago, berceau des rencontres amicales de trovadores.

D’ailleurs, les musiciens d’autres formations, comme par exemple le flutiste du groupe Moneda Nacional, n’hésitent pas, à l’occasion, à monter sur scène pour venir « faire le bœuf » sans chichis.

cont3 Le groupe a été fondé en 1993 par des étudiants en musique. L’essentiel de son répertoire est composé d’œuvres originales dont la plupart ont été écrites par Esteban Blanco, directeur et tumbadore (Supe de Alguien) ainsi que par d’autres musiciens de l’orchestre, comme le guitariste et chanteur Ernesto Camacho (Canto corazon).

« Notre sonorité a été dès le début très différente des orchestres de Son traditionnels, explique Esteban Blanco. Nous étions jeunes, nous avions hâte de renouveler le style par un répertoire et des arrangements originaux. Nous étions un peu en avance pour l’époque, et, au début, nous avons été un peu incompris. Un jour, un musicien qui était venu écouter répéter nous a dit : pourquoi ne pas vous appeler Septeto Contemporaneo ? ».

cont5 Mais l’orchestre sait aussi parfaitement donner un ton plus traditionnel à ses interprétations, par exemple quand il joue de sensuels et lent boléros romantiques (Cuanta pena me das) ou d’allègres Guajiras.

Il fait aussi quelques incursions réussies dans des styles étrangers, comme la Bachata (Si Supieras Amor). J’ai aussi été séduit par quelques A capella très réussis.

Ces musiciens talentueux et sympathiques méritent d’être davantage connus et reconnus.

cont7 J’en apporterai une preuve supplémentaire en complétant cet article quelques vidéos dès mon retour en France. En attendant, vous pouvez déjà les écouter sur Youtube.

Pour animer un petit festival en Europe, ils seraient parfaits… et beaucoup moins chers sans doute que les grands fauves de la Timba. Je vous livre donc leur numéro de téléphone comme je jetterais une bouteille à la mer : 00 53 22 62 66 31.

Fabrice Hatem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *