No me llores màs (Héctor Lavoe)

hectorlavoe L’oeuvre

En 1971, alors que la collaboration du chanteur Héctor Lavoe avec l’orchestre de Willie Colón dure depuis 4 ans, paraît l’album Cosa Nuestra.

Celui-ci inclut, aux côtés de quelques titres majeurs, comme le boléro Ausencia et la composition d’inspiraton afro-cubaine Sangrigorda. Le thème No me llores màs. Celui-ci emprunte sa structure au Son Montuno traditionnel, mais propose une sonorité déjà très « Salsa » par la forte présence des cuivres et la vivacité du rythme.

No me llores más est pas ailleurs également le titre d’un Son Montuno enregistré par Arsenio Rodriguez en 1950. Willie Colón étant un disciple et un admirateur du musicien Cubain, décédé un an plus tôt aux Etats-Unis; il ne s’agit pas là d’une coïncidence. D’autres musiciens latinos, comme rendront également hommage la même année au grand disparu, comme par exemple Larry Harlow avec son album Tribute to Arsenio Rodriguez.

Fabrice Hatem

 

Ses interprétations par Héctor Lavoe et Wille Colón

Album Cosa Nuestra (1971)

 

Ses paroles en espagnol[1]

Sa traduction en français

No me llores mas
(Willie Colon / Héctor Lavoe)

No quiero que nadie llore
Si yo me muero mañana
Señores no traigan flores
Para mí no quiero nada.

Eh… Si yo me muero mañana
Mañana por la mañana,
No quiero que nadie llore
No quiero que digan nada tu vé.

No quiero que nadie llore
Si yo me muero mañana
Señores no traigan flores
Para mí no quiero nada.

Eh… lagrimas dulces,
En la noche sin besos que va de mi soledad
Y no me llore, no me llore
Que no me llore na’ mamá.

No quiero que nadie llore
Si yo me muero mañana
Señores no traigan flores
Para mí no quiero nada.

Eh… no me llore, no me llore mas
Que no me digan na.
Eh… cosita rica,
Vete con Markolino[2] a bailar."

No quiero que nadie llore
Si yo me muero mañana
Señores no traigan flores
Para mí no quiero nada.

Virivirivó virivirivó bongó,
Si yo me muero mañana
Ay no me lleven flores
Y no me lloren nada.

No me lloren na , no me lloren na ,
No me lloren na , no me lloren na.

(Suit une longue improvisation de Héctor Lavoe, non reproduite ici)

Ne me pleure pas
(Traduction de Fabrice Hatem)

Je veux que personne ne pleure
Si moi je meurs demain
Messieurs, n’apportez pas de fleurs
Pour moi je ne veux rien.

Eh… Si moi je meurs demain
Disons demain matin
Je veux que personne ne pleure
Je veux qu’on ne dise rien, mon cher.

Je veux que personne ne pleure
Si moi je meurs demain
Messieurs, n’apportez pas de fleurs
Pour moi je ne veux rien.

Eh…. Douces larmes
Dans la longue nuit sans baisers de ma solitude
Ne me pleurez pas, ne pleurez pas,
Ne me pleurez pas, voila.

Je veux que personne ne pleure
Si moi je meurs demain
Messieurs, n’apportez pas de fleurs
Pour moi je ne veux rien.

Eh… Ne me pleurez, ne me pleurez pas
Qu’on ne dise rien, non.
Eh…Une petite chose agréable,
Vas danser avec Markolino.

Je veux que personne ne pleure
Si moi je meurs demain
Messieurs, n’apportez pas de fleurs
Pour moi je ne veux rien.

Virivirivó virivirivó bongó,
Si moi je meurs demain,
Ah, qu’on ne m’apporte pas de fleurs,
Qu’on ne me pleure pas, rien.

Ne me pleurez pas , ne me pleurez pas,
Ne me pleurez pas , ne me pleurez pas,

(Improvisation de Héctor Lavoe non traduite)

Références complémentaires

Une bio-discographie de Héctor Lavoe

Les paroles complètes de la chanson No me llores màs (y compris l’improvisation finale de Héctor Lavoe)


[1] Paroles basées sur la version de l’album Cosa Nuestra (1971). Les paroles interprétées par le chœur figurent en italiques.
[2] Markolino Diamond, pianiste de l’orchestre de Willie Colón.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *