Catégories
Chansons de Salsa des années 1970 à 1990

No me llores más (Arsenio Rodriguez)

arsenio L’oeuvre

No me llores más est un Son Montuno de Luis Martinez Griñan, qui fut enregistré vers 1950 par le conjunto d’Arsenio Rodriguez.

La subtilité du texte contraste avec la simplicité des paroles de certains autres Sones. Au premier abord, pourtant, le thème en paraît justement assez simple : un homme demande à une femme d’arrêter de pleurer pour lui, car il ne la croît pas sincère. Mais cette requête laisse ouverte toutes sortes d’interprétations. Les larmes de cette femme sont-elles réellement mensongères ? Ou bien a-t-elle vraiment du chagrin et l’homme, aveuglé par la peur d’être trompé, commet-il une tragique méprise ? Lui-même semble exprimer à plusieurs reprises une émotion réelle devant la souffrance de son amie. Cela ne signifie-t-il pas qu’il est en fait, malgré sa dureté affichée, profondément amoureux de cette femme ? Et sa méfiance ne lui fait-elle pas alors perdre l’occasion d’un grand bonheur partagé si, par aventure, la femme était sincère ?

Tout ces questions, l’auditeur se les pose, de manière plus ou moins consciente, en écoutant ce très beau texte, dont le mérite est justement de les suggérer sans les exprimer de manière explicite. La complexité et l’ambiguïté du sentiment amoureux sont ainsi rendues avec intelligence.

Au-delà de sa grande valeur musicale, l’histoire de No me llores Más constitue également une intéressante illustration de la manière dont le Son Montuno, à travers son influence sur la musique nord-américaine dans les années 1950 et 1960, a contribué, par évolutions successives, à la naissance de la musique de Salsa. Au début des années 1950, en effet, Arsenio Rodriguez décida de venir s’installer aux Etats-Unis. Commença alors pour lui à New York une phase d’intense innovation musicale : intégration dans l’orchestre de Son de nouveaux instruments comme la flûte ou les timbales, renforcement de la section des cuivres, emprunts au Jazz et à l’afro-cubain, invention de nouveaux styles comme le Swing Son et ou le Quidembo…

Cette sonorité nouvelle influença profondément à l’époque de jeunes artistes de musique latine, comme Larry Harlow, Eddie Palmieri puis Willie Colón, qui, quelques années plus tard, vont jeter les bases de la Salsa. En témoigne notamment la reprise au début des années 1970 par Larry Harlow, avec la voix de jeune Ismael Miranda, de Nos me llore más, dans un style encore très proche du Son Montuno, mais déjà dopé par l’éclatante stridence des cuivres.

On notera également Que Wille Colón et Héctor Lavoe enregistrèrent en 1971, dans leur album Cosa Nuestra – un an après la mort de Arsenio Rodriguez, – un thème intitulé No me llores más. Celui-ci par son titre, par son texte (le chanteur demande de ne pas le pleurer quand il mourra), et par certaines similitudes mélodiques, peut être considéré comme un hommage à Arsenio Rodriguez. Mais il nous fait aussi entièrement basculer, cette fois, dans l’univers de la Salsa : la continuité entre les deux formes musicales est ainsi clairement établie.

Mais No me llore más a également continué sa carrière à Cuba en tant que Son montuno, comme en témoigne un très bel et récent enregistrement de la chanteuse Omara Portuondo avec l’orchestre Buena Vista Social Club.

Pour consulter la suite de cet article (paroles en espagnol avec leur traduction en français, lien internet vers des interprétations de l’oeuvre, références diverses…), cliquez sur le lien suivant : Llores.

Bonne écoute et bonne lecture !!

Fabrice Hatem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *