1992 : Etats-Unis : l’underclass au cœur de la crise urbaine (1992)

Editeur : Futuribles, Octobre 1992
Auteur : Fabrice Hatem

Etats-Unis : l’underclass au cœur de la crise urbaine (1992)

futuribles Les émeutes d’avril dernier ont révélé le malaise qui frappe aujourd’hui les villes américaines. Après le répit des années 1980, on a observé depuis deux à trois ans une brutale progression du chômage, de la pauvreté et de la criminalité, alors que les villes les plus durement affectées par la récession se trouvent aujourd’hui confrontées à de graves problèmes financiers. Au-delà des conséquences immédiates de la crise économique actuelle, ces difficultés ont pour toile de fond le déclin économique et démographique des centres-villes, notamment dans les grandes métropoles industrielles du nord-est.

Les collectivités les plus touchées n’ont pas bénéficié de fortes solidarités extérieures. La fragmentation des institutions locales, la gestion très décentralisée de nombreux services publics de base, le démantèlement progressif des politiques urbaines fédérales depuis le début des années 1970 et surtout 1980, ont ainsi contribué à pérenniser le fossé qui sépare les quartiers pauvres – qui sont souvent des ghettos ethniques – du reste des agglomérations.

Cette logique de l’individualisme et de l’égoïsme communautaire est facteur d’inefficacités et de gaspillages. Le financement décentralisé de l’éducation introduit par exemple des inégalités profondes dans l’accès à l’instruction selon l’origine de l’enfant, contribuant à la reproduction des clivages socio-culturels. Quant à la faiblesse de la planification urbaine d’ensemble, elle-même corollaire de la ségrégation sociale et raciale, elle a joue, entre autres, un rôle important dans le développement insuffisant des transports en commun et la forte dépendance vis-à-vis de l’automobile.

Les événements du printemps ont entraîné, au sein de la société américaine, une prise de conscience de ces problèmes, sans qu’apparaisse cependant de consensus sur les voies d’un renouveau.

Fabrice Hatem

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *