Mexico : música y cuernos de chivo

Documentaire de Ignacio Palencia, Espagne, Mexique, 2011, 55 minutes

ImageDans le nord du Mexique, des petits orchestres ambulants composent et interprètent des recorridos. Il s’agit de chansons consacrés à un fait divers mettant en valeur le courage ou l’astuce de l’un des protagonistes : duels par armes à feu (surnommées ici « cuernos de chivo »), crimes d’honneur et surtout hauts faits d’armes des narcotrafiquants dont l’activité illégale alimente largement l’économie de la région.

Musicalement, c’est très médiocre : des chanteurs à la voix éraillée, accompagnés d’accordéons et de guitares, beuglent en suant beaucoup sur des rythmes faisant penser au bal-musette : boléros, rancheros, polkas… Cela peut se passer dans des cafés où défilent en même temps des images de matches de boxe sur des écrans géants tandis que les spectateurs s’imbibent consciencieusement de bière locale, ou, pour les groupes les plus connus, à l’occasion de bals-concerts où les participants sont minutieusement fouillés à l’entrée pour s’assurer qu’ils ne portent pas d’arme à feu. Concernant la tenue vestimentaire, bottes et chapeaux de cow-boys sont de rigueur.

La danse aussi est déccevante : une sorte de polka musette sans aucune grâce. Et encore, le réalisateur n’a pas filmé les bagarres, inévitables une fois que le taux d’alcoolémie et d’excitation dépassent un certain niveau !!!

Socialement et même politiquement, c’est terrifiant : le répertoire est entièrement consacré à une apologie de la violence homicide et des activités des narco-trafiquants, devant un public visiblement conquis. Avec en plus une revendication agressive au droit à l’immigration illégale vers les Etats-Unis, objets à la fois de désir et de haine. Expression musicale terrifiante d’une société gangrenée par la crime, la corruption et la violence, où l’expression de sentiments pacifiques et raffinés n’a visiblement pas droit de cité !!!

Le nom des groupes qui jouent cette musique de purgatoire expriment souvent eux-mêmes l’esprit de la région, avec son climat de violence et de machisme ambiant : Grupo exterminador, los alegres de Teran, Los Sierreños, Los Tucanes de Tijuana, Los tigres del norte (maintenant installés aux Etats-Unis).

Cela fait vraiment peur pour la société mexicaine, mais aussi pour les Etats-Unis, où cette musique violente pourrait alimenter un communitarisme aggressif  !!!

Fabrice Hatem

Pour visionner ce documentaire : http://www.rtve.es/alacarta/videos/todo-el-mundo-es-musica/todo-mundo-musica-mexico-musica-cuernos-chivo/1063649/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *