Un grand danseur d’afro-cubain à Santiago : Jesus Larosa Perez

Santiago de Cuba, Vendredi 22 juillet 2011

jesus Âgé de 28 ans, issu d’une famille de forte tradition artistique, Jesus Larosa Perez a été pendant plusieurs années premier danseur soliste du Conjunto Folklorico de Oriente (CFO), l’un des trois compagnies de danse folklorique les plus prestigieuses de Santiago, avec les groupes Cotumba et Kokoye.

Il est à ce titre l’un des danseurs les plus en vue de la jeune génération des interprètes de Rumba, d’Afro-cubain et d’Afro-Haïtien à Santiago de Cuba. Dans les très belles chorégraphies du CFO, il se détache par le caractère à la fois très énergique et félin de sa danse.

Au moment où il s’apprête à entreprendre une carrière indépendante à l’extérieur du CFO, j’ai pu le rencontrer par l’intermédiaire de Fabien Figueres, qui répète actuellement avec plusieurs compagnies professionnelles de Santiago.Fabien est également l’auteur des vidéo dont sont tirées les photos de danse de cet article (photo ci dessous : rumba dansee par Jesus).

salsa/cuba/voyage2011_2/jesus/gua3.jpg

Une famille d’artiste

Je m’appelle Jesus Larosa Perez. J’ai deux surnom artistiques : Jesusito et Chango – celui sous lequel je suis le plus connu. En effet, le personnage de Chango est l’Orisha qui m’a donné le plus de popularité, de force dans le monde du folklore.

Dans ma famille, tout le monde était artiste. Ma mère et ma tante étaient danseuses, ce sont elles qui m’ont formé. L’époux de ma tante était également danseur à la compagnie Cotumba. Mon père, Jesus Larosa Maturel, était percussionniste c’est lui qui m’a donné les premiers cours dans cette discipline. Mon grand-père maternel, Wiliberto Perez Bonnet, était un aficionado de danses populaires : Danzon, Danzonette, Son, Cha Cha Cha. Mon grand-père paternel, Julio Grinon « El rompe coco », mort il y a deux ans, était chanteur de Columbia et de Yambu.

Dès l’âge de 6 ans, je dansais, mais c’était plutôt de la danse populaire : Cha Cha Cha, Mambo, Son, Mozambique, danses populaires d’Amérique latine. J’ai fait mes premiers pas de danse dans les escaliers d’un immeuble du district José Marti[1]. Puis j’ai commencé à danser le folklore vers l’âge de 8 ans. Mon premier professeur a été ma mère Darys Perez Prades, surnommée La Mora, qui était aussi première danseuse du groupe Cotumba. La seconde a été ma tante, Silva Vilma Peres Prades. J‘ai eu ensuite d’autres professeurs, mais ces deux-là sont celles qui ont eu le plus de force pour moi (deux photos ci-dessous, danse de Palo par le CFO avec Jesus en soliste).

salsa/cuba/voyage2011_2/jesus/pa2.jpg

Je suis ensuite rentré dans le groupe aficionado (amateur) Corazon Nino, qui a ensuite porté plusieurs autres noms : Adiro Omadi, puis Syntesis, puis Mi Okan Olofi. C’est là que je me suis vraiment formé. Cela a été une de mes meilleures expériences : nous avons gagné des concours au niveau national puis international (festival Wemilerede Guanabacoa)…

Le directeur du groupe Cotumba, Papo Sanchez, m’avait repéré dès l’âge de 14 ans, mais j’étais alors trop jeune pour rentrer dans la compagnie. Vers l’âge de 19 ou 20 ans, la directrice du CFO, Milagro Ramirez, qui m’avait vu danser dans la maison de ma tante, m’a fait rentrer au CFO.

salsa/cuba/voyage2011_2/jesus/pa1.jpg

Une formation empirique

Mais formation de danse est empirique. Je ne suis allé dans aucune école. Mais j’ai beaucoup étudié, et, comme je te l’ai dit, je viens d’une famille d’artistes. J’ai fait beaucoup de recherches personnelles sur la culture et les danse afro-cubaine : je suis allé à la Havane pour mieux connaître la culture Yoruba, à Matanzas pour enrichir mes connaissances sur les cultes Arara et le Carabali. Beaucoup de danseurs académiques n’ont pas fait de recherches personnelles comme je l’ai fait (deux photos ci-dessous, danse de Columbia par le CFO, avec Jesus en soliste).

salsa/cuba/voyage2011_2/jesus/colmb1.jpg

J’ai ensuite passé les examens d’accréditation pour accéder aux grades de danseurs qualifiés et de professeur. Et je suis aujourd’hui au sommet de cette hiérarchie qui en comporte sept : je suis premier danseur soliste et maître de première catégorie. Ces reconnaissances permettent, entre autre d’obtenir de meilleurs salaires. Par exemple la salaire d’un premier danseur soliste (catégorie la plus élevée des professionnels, ndrl) est trois fois plus élevé que celui d’un danseur non évalué (catégorie la plus basse). Mais, pendant longtemps, j’ai été payé comme danseur de 3ème niveau alors que j’étais déjà officiellement reconnu comme danseur de premier niveau.

En plus d’être premier danseur et premier maître au CFO, je suis percussionniste, chanteur et chorégraphe

salsa/cuba/voyage2011_2/jesus/col2.jpg

Un répertoire très large, incluant l’Afro-Haïtien

Au sein du CFO, nous dansons un répertoire très large : afro-cubain, rumba, bien sur, mais aussi afro-franco-haitien avec la tumba francesa, le Gaga et le Petro.

Ces danses folkloriques, notamment les danses haïtiennes, d’origine africaine, comme la Vaudou, se dansent de manière plus crue, forte quand elles sont interprétées à l’occasion d’un rite religieux, mais de manière plus suave dans leur version artistique (deux photos ci-dessous, danse de Gaga par le CFO. avec Jesus et son frere Alexis en duo de solistes).

salsa/cuba/voyage2011_2/jesus/ga2.jpg

La Tumba francesa a deux aspects, d’une part, ce sont des associations d’entraide et de loisir des africo-descendants d’origine haïtienne, avec leur hiérarchie qui reflète un peu celle des cabildos, les nations africaines, avec leurs rois, leurs reines, leur princes, etc. Mais le terme désigne également un ensemble de danses. Certaines d’entre elles sont d’inspiration très nettement africaine, comme la Yusa et le Frente. D’autres, comme le Mason, sont un mélange de danses de sociétés françaises, comme le menuet et de rythmes africains : les esclaves imitaient la manière de danser de leur maîtres. Il y a plein d’autres danses moins connues, comme par exemple le Guiro qui est né à Villa Clara…

salsa/cuba/voyage2011_2/jesus/ga1.jpg

Danse et possession

J’ai moi-même interprété tous les styles : le Vaudou, la Conga, la Rumba. Mais j’ai toujours voulu interpréter le personnage de Chango. Je suis d’ailleurs fils de cet Orisha dans la religion. Pendant que j’étais au CFO, j’ai été le seul à tenir ce rôle. Il y a beaucoup de bons danseurs d’Orishas à La Havane, mais quand j’ai interprété Chango au Théâtre Mella, il y 6 ans, j’ai eu beaucoup de succès. C’est l’un de mes meilleurs souvenirs.

Il m’est arrivé à plusieurs reprises dans la religion de me faire chevaucher par Chango (Ndlr : entrer en transe). Cela s’est aussi produit, de manière moins violente, sur la scène.

L’entrée en transes est quelque chose de très différent dans la religion des esprits et dans celle des Orishas. Dans le premier cas, le coup est immédiat, très fort. On ne peut plus respirer. L’esprit du Mort te pénètre, prend possession de ton corps, mais tu restes conscient. Tu es chez les Morts, mais tu vois ce qui se passe autour de toi.

Dans les Orishas, cela vient de manière plus progressive. On ressent une chaleur intense, on a l’impression d’enfler, de grandir démesurément, on a la sentiment d’être très puissant, très fort, de pouvoir faire des choses que l’on ne fait pas habituellement. Ta tête se met à trembler. Tu as du mal à respirer. Le Saint s’approche alors de toi, rentre dans ton espace. Puis tu perds connaissance lorsque le saint te chevauche, et l’Orisha fait ce qu’il veut de ton corps.

Sur scène, il n’est arrivé d’expérimenter aussi cette sensation. Elle n’était pas aussi puissante, mais j’ai quand même descendu les étages des coulisses où je me trouvais de demi-étage en demi-étages, au point que depuis ce jour on m’appelle « Chango ascenseur ». (deux photos ci-dessus : danse de Rumba par le CFO, avc Jesus en soliste).

salsa/cuba/voyage2011_2/jesus/gua2.jpg

Des mythes à la chorégraphie

J’ai également une expérience de chorégraphe. La chorégraphie dont je suis le plus fier est celle des solos d’Oggun, au théâtre Heredia de Santiago, il y a deux ans un présence des meilleurs chorégraphes de Cuba, qui avaient été invités pour le 50ème anniversaire de la compagnie.

Il y a beaucoup de chorégraphies impliquant Chango, Oggun et Ochun. Contrairement à ce que l’on croît, la première guerre entre Chango et Oggun n’est pas lié à une histoire de femmes. Tu connais les différents Patakin sur les rivalités entre Oggun et Chango. Dans l’un Chango hait Oggun, car il a commis l’inceste avec leur mère Yemaya. Dans un autre, c’est Oggun qui hait Chango parce que celui-ci lui a pris sa femme Oya. Et puis, bien sur, il y a la rivalité entre les deux mâles pour Ochun, qui est la maîtresse des deux, mais préfère visiblement Chango à Oggun.

C’est en fait Elegba, le Dieu facétieux du Destin, qui a provoqué la première guerre entre Chango et Oggun. Jusque là, les deux étaient bons amis. Mais Elegba a une face rouge et une face noire. Un jour il est passé entre les deux Orishas. Chango a dit : Elegba a la figure rouge. Et Oggun a dit : non, il a la figure noire ! Aucun ne voulait en démordre, alors ils ont fini par se disputer et par se battre.

Et sais-tu pourquoi Ochun porte une couronne dorée ? En fait, elle convoitait la couronne rouge de Chango, son amant. Alors, pour la lui prendre, elle l’a invité un jour à se baigner nu, avec elle, dans la rivière, Chango s’est déshabillé, il a rejoint Ochun et ils se sont baigné ensemble. Pendant ce temps, Ochun a envoyé son ami le vautour pour voler la couronne de Chango. Mais il celui-ci s’était parfaitement rendu compte de la manigance d’Ochun. Alors, il lui a dit : « tu peux prendre ma couronne et même lui donner la couleur qui te plaît. Mais ma vraie couronne, ce n’est pas un simple objet, elle vient de ma majesté divine ». Et, par magie, il fit apparaître une nouvelle couronne rouge dont il se revêtit, tandis que celle qu’il avait laissé Ochun lui voler prenait la couleur jaune et dorée, la préférée de la déesse.

salsa/cuba/voyage2011_2/jesus/gua1.jpg

Les projets actuels

Je viens de prendre mon indépendance du CFO. La vie des artistes ici est difficile, et la reconnaissance économique de notre travail est très limitée. Les questions de survie matérielle sont si obsédantes qu’elles parasitent la création artistique. Je souhaite développer des projets personnels avec une bonne efficacité. Je prépare en tant que chanteur un CD intitulé « Rumba de Hoy ».

Propos recueillis par Fabrice Hatem

[1] Quartier populaire de la périphérie nord de Santiago de Cuba.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *