Thomas Poucet : « je ne veux pas faire du tango une activité marketing »

Samedi 22 septembre 2012

ImageApparu dans le monde du tango parisien au cours la seconde moitié des années 2000, Thomas Poucet fait partie d’une nouvelle génération d’enseignants et d’organisateurs de milongas désireux d’associer  la pratique de la danse amateur et la création artistique, ouvrant ainsi le tango de bal vers d’autres dimensions : la musique vivante, le théâtre, la danse contemporaine…

Sa « Pratique de l’échiquier », qui a lieu tous les mardis soirs est d’ailleurs située dans un squat artistique du XVIIIème arrondissement de Paris, le Théâtre de verre, animé par un groupe de peintres et de plasticiens d’origine majoritairement latino et partisans d’un « art-action » aux résonnances très alternatives et libertaires.

L’entretien que j’ai réalisé avec lui qui révèle un parcours encore récent – il a 32 ans -, mais déjà empli d’expériences intéressantes : organisation de spectacles de tango et fréquentation assidue du Studio Dinzel à Buenos-Aires, collaboration avec les milieux de la création artistique alternative à Paris.

Pour le consulter, cliquez sur le lien suivant : thomas

Bonne lecture !

Fabrice Hatem

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *