Tango, la passionnante histoire d’une obsession

Auteur : Fabrice Hatem

Editeur : La Salida numéro 64, juin 2009

Tango, la passionnante histoire d’une obsession

Virginia Gift a quelque chose d’une aventurière. Elle fut, après la fin de la guerre du Vietnam, l‘un des premiers américains à revenir dans ce pays, où elle enseigna bénévolement l’anglais pendant deux ans, entre 1988 et 1990. Elle en ramena un magnifique livre de photographies, « Hanoï Today« . Aujourd’hui, elle partage son temps entre sa garçonnière « XVIIIème siècle » du quartier des Halles à Paris, son hacienda mexicaine et les milongas de Buenos Aires.

Car, depuis plus de 10 ans maintenant, Virginia est dévorée par la passion du tango. Une passion dont est né ce livre, sans doute appelé à devenir rapidement une référence sur le sujet. Je peux témoigner, pour en avoir suivi pas à pas la genèse, combien d’effort il lui a coûté !!! Combien de fois, venant chez elle pour lui apporter un soutien autant moral qu’intellectuel, j’ai vu Virginia agenouillée au sol comme en prières, entourée de dizaines de piles de papier dangereusement enchevêtrées : les futurs chapitres de son ouvrage, qu’un souffle de vent suffisait parfois à disperser aux quatre coins de la pièce … Combien de fois je la vis effrayée par l’ampleur de la tâche qu’elle s’était fixée : faire tenir en quelques centaines de pages tout ce qu’il lui semblait nécessaire de faire savoir sur le présent, le passé et le futur du tango.

Effrayée, parfois, mais découragée, jamais: Et voici qu’après tant d’années de gestation, le livre est enfin paru. Un ouvrage à la fois complet, vivant, et attirant pour nous autres danseurs comme un miroir dans lequel ils peuvent contempler leur passion.

Virginia, tout d’abord, nous propose plusieurs portes différentes pour entrer dans le monde du tango. « J’aurai pu faire plusieurs livres avec celui-là », m’a-t-elle dit récemment avec une pointe de regret. Ce regret là ne me paraît pas fondé, car l’un des principaux intérêts de son livre tient justement à la multiplicité des points de vue qu’il juxtapose. C’est un livre d’histoire, puisque toute sa seconde partie est consacrée aux origines et à l’évolution de la culture tango, depuis sa genèse au milieu XIXème siècle jusqu’à sa renaissance contemporaine. C’est un guide de voyage, car un chapitre entier est consacré au «pèlerinage » de Buenos-Aires, associant de manière originale une analyse sociologique du phénomène à de précieux conseils pratiques. C’est un manuel d’initiation, qui permet au néophyte d’acquérir ses premiers repères dans la diversité des styles de musique et de danse, et de mieux comprendre ce qu’il peut espérer des enseignements qui lui sont proposés. C’est un grand reportage sur les pratiques contemporaines du tango à travers le monde, des plus classiques aux plus hétérodoxes, comme la tango-thérapie, les milongas « gays » de la côte ouest des Etats-Unis ou les tentatives d’associer tango et arts martiaux. C’est une analyse sociologique sur le kaléidoscope des différents sous-groupes qui gravitent autour de la culture tango: mélomanes et danseurs, artistes et public, pratiquant occasionnels et aficionados endurcis, traditionnalistes et rénovateurs. Des micro-sociétés aux liens souvent limités, parfois même vaguement antagonistes, mais qui, quelquefois; peuvent aussi entrer en osmose.

Mais le principale mérite – et le principal attrait – du livre est qu’il parle au lecteur de sa propre passion. Toute la première partie de l’ouvrage consiste en effet en une analyse psychologique des causes, des mécanismes, des formes et des conséquences de l’addiction obsessive au tango. D’intéressants développement sont en particulier consacrés à la manière dont la pratique de cette danse transforme notre vision du monde, peut améliorer notre image de nous-mêmes, facilite aussi notre relation aux autres. L’intensité émotionnelle provoquée par la danse, le sentiment profond – et fugitif – d’intimité avec le partenaire (ce que l’auteur appelle fort joliment « l’enlacement mental »), le sérieux parfois quasi-religieux avec lequel les pratiquants considèrent leur engagement sont également analysés avec justesse.

Ce livre à géométrie variable est aussi extraordinairement vivant, car nourri de nombreux témoignages de danseurs, soit directement recueillis auprès des amis de Virginia, soit collectés, de manière fort originale, à travers un enquête menée sur Internet. Il nous offre ainsi un patchwork d’expériences personnelles d’autant plus agréables à lire qu’elles rentrent en résonnance directe avec notre parcours individuel. Parmi ces témoignages, certains viennent d’inconnus vivant à l’autre bout du monde, d’autres de tangueros amateurs que le lecteur a côtoyé dans les milongas, d’autres encore de célébrités comme Gustavo Naveira, Rodolfo Dinzel ou Robert Duvall ; tous, comme dans un « groupe de parole », nous aident à mettre en perspective notre propre « vécu ».

Les thèses de Virginia n’en sont pas pour autant toutes convaincantes. Par exemple lorsqu’elle affirme que le tango est avant tout une expérience de sensualité sublimée et sans lendemain, sous-estimant de ce fait son immense potentiel de rencontre érotique et amoureuse. Ou lorsqu’elle suggère que les Français seraient particulièrement sensibles aux paroles du Tango, un fait que je n’ai pas personnellement constaté. Mais cela fait aussi partie de l’attrait de l’ouvrage, avec lequel on entre en conversation, plutôt qu’on ne le lit. Parfois, vos approuvez votre interlocutrice, et vous surenchérissez, faisant appel à votre propre expérience ; quelques instants plus tard, elle vous paraît peu convaincante, et vous avez envie de lui montrer son erreur en citant un contre-exemple. Au bout d’une heure, vous vous rendez compte que vous avez lu 50 pages d’un trait sans décoller le nez du livre.

Un ouvrage fort agréable donc, dont le principal défaut, pour le lecteur francophone, est qu’il n’existe pour l’instant qu’en anglais. Espérons qu’il sera bientôt traduit…..

Fabrice Hatem

Tango, a history of obsession, Virginia Gift, 476 pages, Booksurge Publishing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *