La vie est dure

J’ai un grand malheur dans la vie.

Mon malheur, c’est d’être un bobo avec un coeur de populo.

J’suis un typique bobo de centre-ville, surdiplômé, gagnant de la mondialisation, très aisé et sans gros problèmes dans l’existence.

Mais au lieu de penser progressiste-écolo-diversitaire comme la majorité de mes semblables les bobos de gauche, je pense conservateur-patriote comme la majorité de mes dissemblables les populos de droite.

Donc je me fais détester par les gens qui me ressemblent, qui me connaissent et dont je ne partage pas les idées, sans me faire aimer par les gens qui ne me ressemblent pas, qui ne me connaissent pas et dont je partage les idées.

Pour les premiers, j ‘suis devenu un réac populiste ; pour les seconds, j’suis resté un bobo privilégié.

Mauvais positionnement marketing, quoi.

Pfff, La vie est dure, des fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *