L’Etat en France : une dictature « soft » ?

ImageL’Etat français nous emprisonne progressivement dans un cercle de plus en plus étroit de spoliation fiscale, d’interdictions absurdes et de contrôles intrusifs.

Pour justifier cette dérive vers la dictature « soft », il développe un discours super-attractif à base de solidarité, de culture, de féminisme et d’écologie.

Donc celui qui s’élève contre la dictature en marche est immédiatement soupçonné d’être contre la solidarité, contre la culture, contre les femmes et contre l’environnement.

Je crois au contraire, que dans beaucoup de cas, moins l’Etat s’occupera (à sa manière autoritaire, coûteuse et inefficace) de ces problèmes, plus ils auront de chance de se résoudre par eux-mêmes à travers l’évolution naturelle de la société et les décisions décentralisées des citoyens.

Quelle étrange attitude, que celle consistant à systématiquement sous-estimer l’intelligence, la générosité et la curiosité des gens et à croire que les hauts fonctionnaires sauront tout faire mieux que tout le monde ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *