Recueillement (d’impôt)

(d’après Charles Baudelaire)

Sois sage, ô percepteur, tiens-toi donc plus tranquille.

Nous attendions tes rôles (1) ; ils arrivent ; les voici :

Une atmosphère obscure enveloppe la ville,

Aux uns portant la dèche, aux autres le souci.

Pendant que des taxés la multitude vile,

Sous le fouet de l’impôt, ce bourreau sans merci,

Va donner son argent dans un geste servile,

Ma carte bleue, viens dans ma main ; fuis par ici,

Loin du fisc. Vois s’égrener nos heures gaspillées,

Sur nos petits bureaux, ou dans nos ateliers,

A gagner pour l’Etat un argent confisqué ;

Vois nos économies sans pitié dévorées,

Puis, dans un sourd et sinistre gémissement,

Entends, ma chère, entends nos découverts grimper.

(1) Feuille d’impôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *