Dictature soft

Moi, je trouve qu’un pays :

– où la pression fiscale atteint presque 50 % du PIB sous prétexte de solidarité,

– où certains débats de sociétés fondamentaux sont quasiment interdits sous prétexte d’anti-racisme,

– où le législateur se mêle plus en plus de réguler les comportements et rapports amoureux sous prétexte d’émancipation féminine,

– et où la liberté d’expression est mise sous contrôle sous prétexte de lutte contre les « fake news » (Ils pouvaient pas trouver un mot français, non ? Mais c’est vrai que « fake news » ça fait tellement plus branché !!)

Eh bien, je trouve que ce pays n’est plus vraiment un pays libre et démocratique.

(et je m’aperçois avec horreur, en relisant ce billlet, que je pourrais si je voulais allonger considérablement la liste des attendus)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *