Ode à une mairegère

Anne Hidalgo l’autoritaire
T’as une bien étrange façon
De concevoir ton rôle de maire
Qui défie bon sens et raison.

Loin de nous servir, tu préfère
Nous imposer tes décisions
Tes utopies et tes chimères
Pourrissant not’vie sans façons.

T’as des manières d’impératrice
Vis-à-vis de nos libertés
Pour donner corps à tes caprices
T’interdis tout c’qui te déplaît.

Il est désormais prohibé
Aux automobilist’de rouler.
Aux jeunes de pique-niquer
Aux vieux et aux laids de baiser….

Avec toi, l’ptit propriétaire
Ne peut ni louer, ni n’pas louer
Au fond, y’a qu’aux milliardaires
Que tu laisses faire ce qui leur plaît.

Pourquoi faudrait-il accepter
Ces atteintes à nos libertés
Au nom de tes rêves éthérés
Illusions d’une minorité ?

T’as aussi l’art et la manière
De faire exploser ton budget
Pour met’des trous et des barrières
T’augmentes les impôts sans arrêt.

Et puis, t’as une façon étrange
De concevoir l’débat d’idées
Quand on te dit c’qui nous dérange
Tu t’contentes de nous insulter.

Mais attention, maire-mégère
Qui rêve de tout régenter
Si Paris se met en colère
Il saura rabatr’ ton caquet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *