The story of Jazz (l’histoire du jazz)

ImageDocumentaire de Mattew Seig, Etats-Unis, 1991, 97 minutesMusique métissée, combinant l’apport des rythmes noirs et des mélodies et structures harmoniques européennes, le Jazz peut de ce fait être considéré comme un frère de sang des musiques Caraïbes. Il a d’ailleurs entretenu avec celle-ci d’intenses relations d’influences croisées tout au long de son histoire.

The Story of Jazz réussit la performance de concentrer en seulement une heure et demi le panorama d’un siècle d’évolutions musicales, depuis l’apparition la Jazz à la fin du XIXème siècle jusqu’au début des années 1990. Suivant un déroulement chronologique, il nous fait parcourir, documents d’archives à l’appui,  la rapide succession de styles qui ont émaillé son histoire, décrivant de manière succincte mais claire les caractéristiques de chacun d’entre eux : Rag-time, New Orleans, Blues, Stride, Boogy-Woogy, Skat, Swing, Lindy-hop, Bep-bop et Bop, Cool, Free, fusion Jazz-Rock…

Nous suivons simultanément le déplacement géographiques des épicentres de cette musique, toujours associée aux lieux de loisirs nocturnes, depuis son berceau historique – le quartier réservé de Storyville à la Nouvelle Orléans au début du 20ème siècle – jusqu’aux boites de jazz de la 52ème rue à New York dans les années 1950, en passant par Chicago, Kansas City et Harlem avec son fameux Cotton Club.

Le film met également bien en lumière la contribution spécifique des principaux artistes à l’enrichissement et à l’évolution de ce genre musical. Les passages consacrés au rôle fondamental de Louis Armstrong dans la consolidation du style Jazz, à l’épopée des Big bands de Duke Ellington et de Count Basie, aux grandes chanteuses comme Billie Holliday et Sara Vaughan, et aux explorations Free de John Coltrane et Miles Davies, sont particulièrement réussis.

Mais comment parvenir à faire tenir en un si court laps de temps la masse considérable d’archives audio-visuelles, de témoignage de grands témoins de cette épopée, d’analyses musicographiques réunies pour retracer l’ensemble de l’épopée ? On a parfois l’impression que les noms des grands artistes ou des lieux mythiques se succèdent à la vitesse de  balles de mitrailleuses : Joe King Oliver, Fats Waller, Ella Fitzgerald, et même Charlie Parker sont ainsi parfois avalés en quelque dizaines de secondes. Certains styles majeurs, comme le Latin Jazz, sont à peine effleurés – à travers une séquence d’ailleurs très intéressante sur la collaboration entre Dizzy Gillespie et le percussionniste cubain Chano Pozo.

Ce survol en mode « avance rapide » présente l’immense avantage de fournir au néophyte les éléments de base nécessaires à une première approche du Jazz, tout en captivant son attention par le renouvellement constant des thématiques. Mais il conviendra moins bien à un public plus averti, désireux d’approfondir chacun des très nombreux sujets effleurés avec talent par The Story of Jazz.    

Fabrice Hatem

Pour en savoir plus :  http://www.barnesandnoble.com/w/dvd-masters-of-american-music-the-story-of-jazz-matthew-seig/3637957

(Ce DVD est également vendu dans le coffret comprenant également le fameux film de Wim Wenders, Buena Vista Social Club)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *