Investissements des entreprises indiennes en Europe

Editeur : Economie-matin, mars 2007

Auteur : Sandrine Allonier

L’Inde à l’assaut de l’Europe

Quand le sous-continent indien part à la conquête de la vieille Europe, il y met les moyens ! Tata Steel vient de débourser 10 milliards d’euros pour acquérir l’aciériste anglo-néerlandais Corus et devenir le 5e groupe sidérurgique du monde. L’an dernier, Mittal Steel avait acquis le franco-luxembourgeois Arcelor pour 25 milliards d’euros. En 2005, les investissements indiens à l’étranger ont dépassé les 8 milliards d’euros et quasiment doublé en 2006. Ils ont dépassé, pour la première fois, le montant des opérations étrangères en Inde ! Pourquoi un tel engouement de la 10e puissance mondiale pour l’Europe ? « L’internationalisation est devenue une nécessité, notamment pour développer le chiffre d’affaires des entreprises indiennes et pour accéder aux technologies et aux savoir-faire occidentaux » analyse Fabrice Hatem, chef de l’Observatoire des investissements internationaux de l’Agence française pour les investissements internationaux (Afii). De quoi craindre l’essor du géant indien et brandir le drapeau du protectionnisme économique ? « Les investissements des entreprises indiennes sauvegardent et/ ou créent des emplois en Europe et sont facteurs d’innovation et de concurrence » rassure Fabrice Hatem. Le phénomène devrait encore s’amplifier dans les années à venir. La filiale de télécommunications VSNL de Tata, ce conglomérat indien qui représente 3 % du PIB du sous-continent, a annoncé mi janvier le rachat de l’opérateur virtuel français, Cipris, afin de cibler le marché des PME européennes.

Sandrine Allonier

©2007 Economie Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *