Il doit être interdit d’interdire

Des parlementaires veulent interdire le « black friday » sous d’absurdes prétextes écologiques ou de défense du consommateur.

Ils avaient auparavant voté l’absurde interdiction de la fessée au titre de la lutte contre les violences familiales.

La Marie de Paris veut interdire Airbnb sous prétexte de politique du logement et retreindre / taxer les livraisons d’Amazon pour d’obscurs prétextes d’empreinte carbone.

Les militants vegan veulent fermer les abattoirs, brûler les étables et interdire la corrida sous prétexte de défense des animaux.

Pour la même raison, plusieurs mairies (dont bien sur celle de Paris) veulent interdire les spectacles d’animaux sauvages.

Les féministes veulent boycotter les films qui leur déplaisent, criminaliser les blagues gauloises, et mettre les hommes en laisse sous prétexte de lutte contre le sexisme.

Cinq ans avant, elles avaient réussi à faire criminaliser les clients de TDS sous le même prétexte fallacieux, sans daigner écouter la parole desdites TDS qui s’opposaient becs et ongles à cette mesure.

Les militants anti-racistes ont réussi à criminaliser l’expression de toute pensée patriote osant évoquer l’idée selon laquelle l’immigration de masse ne serait pas, partout et toujours, un bienfait.

Quant au gouvernement, il s’autorise désormais à aspirer et analyser en masse toutes nos données et conversations personnelles sur les réseaux sociaux sous prétexte de lutter contre la fraude fiscale…

Sans même parler des pouvoirs accrus de surveillance, d’intrusion, de privation de liberté et d’interdictions diverses dévolues à la police sous prétexte de lutte contre le terrorisme.

Je ne cite malheureusement qu’une partie de ces restrictions progressives à la liberté, qui risquent de transformer peu à peu, si nous n’y prenons garde, notre démocratie en tyrannie !!!

Il faut vraiment nous mobiliser pour dire STOP à cette dictature insidieuse qui est en train de prendre progressivement le contrôle de tous les aspects de nos vies, nous interdisant, sous toutes sortes de prétextes, de consommer, baiser, penser, parler, bouger, louer, manifester, manger, regarder des spectacles et éduquer nos enfants comme nous en avons envie.

Sinon, la liberté sera bientôt un vieux souvenir… (jusqu’à ce qu’on nous interdise aussi peut-être, un jour, de nous en souvenir ?)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *