Mon père en moi

Mon père, au fond, j’ai toujours cru
N’avoir rien à voir avec lui
C’était un poète maudit
Et je suis un bourgeois cossu.

Et puis un jour que j’écrivais
Trois, quatre vers sans y penser
J’ai entendu une petite voix
Qui chantait tout au fond de moi.

Comme si par-delà les années
C’était mon père qui chuchotait
Enfin, un peu de lui, mélangé
A plein d’autres hérédités.

Dites-moi, vous, si vous croyez
Que ceux qui nous ont engendrés
Survivent en nous, ombres enlacées
Aux ombres qu’ils ont aimées ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *