Vive mon monde imaginaire !!

Dans le passé, j’ai souvent été déçu, parce que, un peu comme Minnie the Moocher, j’imaginais qu’il allait se passer dans ma vie des tas de choses extraordinaires qui finalement ne se produisaient pas. Alors j’étais déprimé quelques temps, et puis je recommençais bientôt à rêver qu’il allait se passer autre chose de formidable qui ne se réalisait pas non plus (des fois, c’était l’inverse, j’imaginais, avec maints détails, une catastrophe épouvantable qui n’arrivait jamais).

 

Maintenant j’ai compris : les histoires extraordinaires que j’imaginais n’étaient pas les songes vains d’un esprit fumeux, mais une précieuse matière première poétique et romanesque, produits d’une imagination un peu exaltée. Et désormais, j’en tire des romans et des poèmes sans attendre qu’ils se réalisent (ce qui vraisemblablement n’arrivera pas).

Fondamentalement, je crois que j’ai un problème de plus en plus grave d’incompatibilité d’humeur avec la réalité : elle m’angoisse, elle me blesse, elle me déçoit, cette réalité. Alors je crois que je préfère prendre la tangente, divorcer de cette réalité désagréable et épouser ma jolie fantaisie. Que celui qui n’a jamais rêvé jette la première pierre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *