L’indifférenciation sexuelle, révolution féministe ou enfumage capitaliste ?

La doxa dominante du féminisme contemporain présente la libération de la femme comme l’accès à une indifférenciation des rôles entre sexes : les femmes seraient libérées si elles avaient exactement accès aux mêmes emplois salariés que les hommes et que ceux – ci partageaient exactement avec elles les tâches domestiques ; tout en se gardant bien – lutte contre le harcèlement oblige – d’exprimer ouvertement une quelconque manifestation d’intérêt un peu appuyée pour leur attractivité sexuelle.

Comme toute utopie, cet idéal est difficile à critiquer sans passer pour un réactionnaire machiste : comment, en effet, peut-on être contre la libération, l’égalité, la justice ?? Les anti-marxistes, en leur temps, ont fait les frais de cette difficulté, lorsque, critiquant bien à juste titre la réalité déprimante des sociétés socialistes réelles, ils se voyaient opposer l’idéal d’un communisme d’émancipation auquel il semblait impossible de ne pas souscrire sans passer pour un affreux réac.

Il se passe aujourd’hui exactement la même chose avec la doxa féministe.

A-t-on cependant essayé de mesurer tout ce que la soi-disant « émancipation » des femmes, telle que définie plus haut (accès au salariat et partage égalitaire des tâches domestiques) faisait perdre à la société, et aux femmes elles-mêmes, au profit des institutions et entreprises tirant bénéfice de l’extension du domaine de la « marchandisation » ou des « services collectifs » ainsi rendue possible ?

Au lieu de de petites productions/réparations exécutées gratuitement par la maîtrise de savoirs sexués (couture, tricotage pour les femmes, jardinage et bricolage pour les hommes), le recours systématique et onéreux au marché, au prêt-à-porter et au tout-jetable.

Au lieu de bons plats cuisinés à domicile grâce à la transmission matrilinéaire des savoirs culinaires, des produits surgelés cancérigènes.

Au lieu d’une riche vie de quartier largement animée par les femmes au foyer, la désertification anxiogène des banlieues-dortoir.

Au lieu de la sécurité de proximité assurée par des hommes physiquement courageux et prêts à défendre leur famille aux côtés de leurs voisins, la crainte des voyous auxquels plus personne n’ose s’opposer par la force physique.

Pour les bébés et les enfants, au lieu de la douceur d’une présence maternelle, la crèche payante (quand on arrive à trouver des places).

Pour les femmes, au lieu du rôle éminemment noble et potentiellement gratifiant de maîtresse de maison, gestionnaire incontestée du budget familial et entourée d’une belle progéniture, 3 heures de transport dans des RER inconfortables pour se faire exploiter par un patron (quand elles trouvent du travail). Avec en plus le risque de se faire importuner par un voyou sans qu’aucun homme ne soit plus assez courageux (dévalorisation des valeurs de virilité oblige) pour intervenir afin de les défendre.

Pour les vieux, au lieu d’une fille ou d’une belle-fille attentionnées, et d’une fin de vie paisible chez eux et dans leur lit, entourés de leur nombreuse descendance, l’exil désespéré dans la solitude et la maltraitance des maisons de retraite.

Pour les hommes, la dévalorisation, voire la criminalisation de leurs comportements et pulsions sexuelles (ex : l’absurde et liberticide pénalisation des clients de prostituées). Comme si ils étaient tous des violeurs ou des agresseurs en puissance !!! (Pour lutter contre le harcèlement de rue, il me semble que plutôt qu’une loi ou une police supplémentaires, il vaudrait mieux restaurer les valeurs de virilité, de courage masculin, et de défense chevaleresque des femmes !!! Tout en permettant aux frustrés sexuels de se calmer en allant voir une pute s’ils veulent).

Pour la société, une terrifiante perte de vitalité et de solidarité à travers l’affaiblissement de cette magnifique institution qu’est la famille !!

Mais pour les entreprises privées et des institutions publiques, quelle manne extraordinaire via la transformation en services marchands ou collectifs, sources d’énormes profits financiers et politiques, de ce qui relevait autrefois de l’autoproduction familiale gratuite (jardin potager, cuisine, garde des enfants et des vieux, ménage, bricolage, petite production artisanale, sécurité de rue et de quartier, incluant bien sur le respect des femmes dans l’espace public…). Sans parler de la création d’une nombreuse « armée de réserve » de chômeuses corvéables à merci…

Moyennant quoi, en croyant s’émanciper de je ne sais quelle « société traditionnelle », les individus transformés (hommes et femmes confondus) en robots-salariés hyper-spécialisés, isolés et vulnérables, deviendront dix fois plus dépendants qu’avant des entreprises et collectivités qui prennent (mal) en charge des tâches et fonctions sociales dont leurs aïeux et leurs aïeules savaient s’acquitter de manière autonome.

Bref, un parfait enfumage capitaliste, générateur d’immenses profits au prix de la solitude, de la peur et du désespoir…

Mais ne nous y trompons pas : l’horizon de cette utopie, c’est d’abord l’effondrement des taux de natalité, l’atomisation individualiste et anxiogène de la société, et in fine – via notamment le développement tous azimuths de politiques sociales coûteuses se substituant au rôle naturel des familles tombées en déshérence – la grande crise à venir des dettes souveraines qui remettra tous les compteurs à zéro ; c’est, en conséquence,la marginalisation quantitative des naïfs qui auront cru aux illusions de la post-modernité au profit de populations sainement attachés à des valeurs traditionnelles ancrées dans leurs croyances religieuses ; et c’est peut-être finalement, le retour à des partages des tâches sexués bien définis, à des femmes et des hommes fiers d’être eux-mêmes, à des collectivités de quartiers fortement structurées autour des familles et des lieux de culte. Quant aux populations contaminées par les croyances post-modernes, elles finiront peut-être, au bout de quelques générations, par disparaître purement et simplement, remplacées par celles – à taux de natalité élevé – qui auront refusé ces inepties.

(Entendons-nous bien : je ne suis pas pour le retour à la « femme au foyer » : je dénonce les excès d’une utopie néo-féministe à la rhétorique biaisée, qui nous fait miroiter d’hypothétiques lendemains qui chantent sans prendre la peine de mesurer tout ce qu’elle détruit).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *