Racket fiscal : Sur les riches ??? Non !!! Sur les pauvres qui travaillent pour les riches

Qu’on arrête définitivement de me dire que les impôts, c’est bien parce que ça finance la solidarité.

Cette histoire de solidarité, c’est juste un prétexte pour spolier ceux qui travaillent dur. Spoliation qui se fait au bénéfice, non des pauvres, mais des détenteurs de rentes de situation sur l’Etat.

Je ne vois pas du tout en quoi les énarques de Berçy ou les présidents-banquiers seraient plus experts en solidarité que moi !!! Pourquoi prétendent-ils réserver à l’Etat le monopole de la légitimité en ce domaine, alors que les gens sont très capables d’agir par eux-mêmes, de manière souvent plus efficace que les programmes publics et les fonctionnaires qui les gèrent, pour aider leur prochain en leur offrant des dons ou du travail ?

Je suis parfaitement capable de faire preuve de solidarité TOUT SEUL COMME UN GRAND GARCON (par exemple en donnant plus d’heures de TRAVAIL à ma femme de ménage pour rendre encore plus beau mon TRES GRAND appartement que j’ai acquis par mon TRAVAIL, ou en donnant bénévolement, sans que l’Etat ne m’ait rien demandé, des cours de français langue étrangère aux chinois de Belleville).

A condition bien sûr qu’on me laisse disposer librement de mon argent sans me faire les poches sous prétexte de solidarité, et en me reprochant en plus d’être un gros friqué égoïste quand je dis que je refuse de me faire plumer !!

Il faut d’urgence mettre à la raison l’Etat spoliateur néo-jacobin qui rackette la France au nom d’une solidarité bidon !!!! Si on ne réagit pas maintenant, dans 5 ans, on sera au niveau du Vénézuéla !!!

Mais de toute façon, moi, je me serai cassé depuis longtemps (avec la nostalgie de mon pays aimé, et ruiné comme les autres, mais juste un peu moins, enfin j’espère) !!! Si mon plan réussit, j’irai aider chez eux les chinois, les portugais ou les uruguayens pauvres en leur donnant du travail !!! Au moins, ils me diront merci quand je leur donnerai mon argent, pas comme l’Etat français et ses thuriféraires de la spoliation fiscale, qui non seulement me piquent mon flouze, mais en plus m’insultent en me traitant de bourgeois réac !!! (et, pourquoi pas, exploiteur pendant qu’on y est, sous prétexte que je donne du travail aux gens).

Ca sera (un petit peu) dommage pour les chinois de Paris, parce qu’ils devront trouver un autre prof bénévole de français. Ca sera (un peu) dommage pour mon prof de tango uruguayen, qui ne me donnera plus de cours particuliers !! Ca sera (très) dommage pour ma femme de ménage portugaise, qui devra trouver un autre patron ! Et ça sera (extrêmement) dommage pour l’Etat français, qui va gagner ainsi moins d’argent sur mon dos que s’il m’avait juste imposé raisonnablement !!

Je suis vraiment écoeuré et révolté.

Mais maintenant, il faut que je me calme, pour bien réfléchir à la manière de m’organiser pour échapper au racket de l’Etat français. J’aurais préféré réfléchir à d’autres choses plus intéressantes, comme « comment gagner plus d’argent à Paris en travaillant davantage ? ». Mais gagner plus d’argent ici, ça ne me servira à rien car le fisc me prendra tout. Ou encore « comment aider un peu plus les gens autour de moi ? ». Mais la générosité attendra, le percepteur m’a pris l’argent je j’aurais pu donner, et il faut maintenant que je me concentre sur l’objectif prioritaire de sauver ma peau face au fisc en me cassant d’ici.

En attendant, pour parer au plus pressé, j’ai commencé par supprimer de petites sommes que je dépensais, à droite à gauche, pour faire bosser des gens pas riches qui me rendaient des petits services, ou simplement pour les aider sans contrepartie… Une heure de ménage en moins, un cours de tango en moins, moins de dons à mon association pour l’aide aux chinois sans papiers… Au total, sur environ 10 personnes fauchées que j’aidais autour de moi, j’ai déjà annoncé à la moitié que j’aillais réduire mes versements, et pour une un deux, c’est une nouvelle grave !!!

Donc, très clairement, les premières victimes du matraquage fiscal dont je suis l’objet, c’est deux ou trois fauchés autour de moi pour lesquels l’argent que je leur donnais EN ECHANGE DE LEUR TRAVAIL (et parfois en échange de rien) était quelque chose d’important. Ils m’étaient reconnaissants de mon argent, je leur étais reconnaissant de leur travail, et on s’entendait bien. Mais là c’est fini, on est tous raides, surtout eux !!!

C’est réussi pour la solidarité !!!

Pouah !!! C’est dégueulasse, c’est juste du vol qualifié ou plutôt de l’escroquerie à la charité !!! En substituant une pseudo-solidarité administrée anonyme à une véritable solidarité de proximité personnalisée, ça contribue à détruire ce lien social si précieux que représentaient le don direct d’homme à homme et l’offre de travail de proximité. Ca prive les riches du plaisir de se dire qu’ils font un peu de bien autour d’eux en dépensant leur argent et en donnant du travail aux pauvres. Ca prive les pauvres qui les entourent d’une source honnête de revenus. Et, in fine, ça va nous couler tous, ET SURTOUT LES TRAVAILLEURS PAUVRES, bien sûr (parce que les riches, eux, vont finir par tous se barrer de ce pays pour échapper au racket) !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *