Un fanal dans la nuit

Le souvenir de ces femmes maquillées de tendresse

Qui s’ouvrirent comme les fleurs parfumées de la vie

Pour m’offrir en partage l’ivresse du plaisir

M’aidant pour un instant à chasser la tristesse

Eclairera mes vieux jours comme un feu dans la nuit

A moins qu’avant ma mort, ma mémoire ne chavire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *