Rue d’Ménilmontant, rue Boyer

Grimpant la rue d’Ménilmontant
Direction rue des Pyrénées
Un peu avant l’numéro 100
On croise la rue Boyer.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant
Y de jolis jardins secrets
Où fleurissent des lilas blancs
Au fond d’impasses mal pavées.

Rue Boyer rue d’Ménilmontant
C’est tout près d’là, rue du Retrait
Qu’il y a environ 120 ans
Est né Maurice Chevalier.

Rue Boyer rue d’Ménilmontant
De là-haut on voit tout Paris
C’est curieux, car en même temps
On traverse plein d’autres pays.

Rue Boyer rue d’Ménilmontant
Dans tes bistrots j’ai rencontré
Tout’sortes d’artistes et de brav’gens
Assis en vivantes tablées.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant
Y’a des salles de bal, des troquets
Dans le temps, j’y allais souvent
C’que j’ai pu aimer y danser !!

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant
Vers six heures trente j’arrivais
Bien tranquille, en prenant mon temps
Je montais de Belleville à pieds.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant
Dans un kebap ou un café
J’mangeais un sandwich rapid’ment
Et vite, vite, j’allais guincher.

Près de l’école Momboye, nuitamment
L’air un peu louches, j’voyais rôder
Plein de rastas un peu planants
Maîtres du Zouk ou du Reggae.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant,
J’ai passé là tant de soirées
Dans tes sous-sols bien accueillants
Les rythmes cubains résonnaient.

A la Bellevilloise, rue Boyer,
Haut lieu des cocos d’antan
Maint’nant on vient y assister
A des concerts avant l’diner.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant,
L’Ermitage aussi, c’est tout près
Quand venait l’été, en sortant
De mes cours, j’aimais y passer.

Rue d’Ménilmontant, rue Boyer,
Parfois aussi j’ai écouté
Dans un bar un peu déglingué
Un groupe de hip hop déjanté.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant
Ca ne paie pas d’mine, mais en fait
On s’y presse chaleureusement
A la buvette de l’amitié.

Rue d’Ménilmontant, rue Boyer,
Y’a du Tango, du Meringue,
D’la Rumba et du Décalé
D’la Salsa et du Candombe.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant
Tant d’artistes s’y sont croisés
Qu’on dira peut-être dans cent ans
Qu’une célèbre musique y est née.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant
C’est pas encore trop galvaudé
C’est accueillant et bon enfant
Aux terrasses des estaminets.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant
Y’a des jeunes bobos attablés
Des petits vendeurs, des mendiants,
Et quelques kabyles retraités.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant
J’avoue qu’j’y ai aussi abordé
Un ou deux minois accueillants
Mais chut, chut, ça c’est un secret.

Rue Boyer, rue d’Ménilmontant,
J’vous ai peu abandonnées
Mais j’vous jure qu’en vous évoquant
La nostalgie m’vient par bouffées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *