Fascinación de Tango

Vidéo du spectacle d’Alain de Caro, 2006, France, 85 minutes

Image Fascinación de tango et America sont les noms des spectacles de tango successivement mis en scène et produit depuis le début des années 2000 par mon ami Alain de Caro.

Cela fait plus de quinze ans maintenant que je côtoie celui-ci sur les lieux de tango parisiens. Issu d’une famille d’origine italienne où l’on aimait écouter et chanter Carlos Gardel, Alain a été envoûté au début des années 1980 par la magie du spectacle Tango Argentino.

Il s’est depuis lors investi corps et âme dans le 2X4, donnant des cours, organisant soirées et festivals. Il a joué un rôle important dans la structuration du milieu tanguero parisien au cours des années 1980 et 1990, participant notamment aux activités de la MJC de la porte de Saint-Cloud – une des première milongas parisiennes – et à la création des quais de Seine.

Il s’est également efforcé de faire renaître une activité de tango argentin dans certains de ses berceaux historiques, comme le Balajo ou le Chalet du Lac du bois de Vincennes. Lorsque j’ai commencé le tango, au milieu des années 1990, sa milonga hebdomadaire du samedi au Balajo était l’une des plus appréciées des tangueros de la capitale.

Au cours des années qui ont suivi, j’ai régulièrement croisé sa figure familière dans les lieux les plus authentiques du tango parisien, comme la milonga El Patio de Carmen et Victor, Le Latina d’Isabel et Alfredo, ou encore la milonga de la porte de Charenton d’Augusto Siancas.

ImageDepuis maintenant une bonne dizaine d’années, Alain organise également de grandes manifestations tangueras. D’une part, le Festival international de tango argentin de Paris, dont nous avons pu fêter en 2012 la huitième édition : trois jours de stages, de bals et de spectacles, en présence d’une impressionnante brochette d’artistes – danseurs surtout –  dont beaucoup venus spécialement d’Argentine pour l’occasion. D’autre part, un grand spectacle de danse, qui s’appelle depuis l’an dernier America après avoir eu longtemps pour nom Fascinacion de tango.

Fascination est d’ailleurs le mot juste pour désigner l’état d’esprit d’Alain qui consacre tous ses efforts à l’organisation de ces grandes manifestations et voyage fréquemment à Buenos-Aires pour prendre contact avec les artistes argentins, assister à leurs spectacles, dénicher de nouveaux talents et organiser leur venue à Paris. L’une des conséquences en est qu’il est sans doute l’un de nos compatriotes connaissant le mieux le milieu des danseurs professionels de tango argentin. Sa conversation est tissée d’anecdotes et d’informations précises et de grande valeur sur chacun d’entre eux.

ImageDepuis longtemps adepte de la vidéo, Alain a par ailleurs rassemblé un patrimoine audio visuel d’une grande valeur sur ces artistes, dont certains furent ou sont pour lui de grands amis, comme Pepito Avellaneda, Eduardo Ariquimbau, Mayoral, Miguel-Angel Zotto, Pepe Libertella (photo ci-contre), entre beaucoup d’autres, connus ou moins connus. Il détient également un document filmé presque exceptionnel sur la dernière représentation du spectacle Tango Argentino à Londres en 1991, dont il m’a offert avec générosité une copie que je conserve précieusement. Le reste est à l’avenant…

Mais revenons au spectacle d’Alain : America (ex-Fascinacion de tango). On peut dire que par sa taille et ses ambitions, il s’agit de la plus grosse production française de tango de scène : cinq ou six couples de danseurs, trois à quatre chanteurs, un orchestre sous la direction artistique de Hector Sabo (présent en général sous forme de musique enregistrée pour limiter les coûts), mobilisation des plus grandes salles comme le palais des Congrès ou le théâtre des Champs-Elysées, organisation de tournées en France (par exemple à Nice où fut enregistrée en 2005 la vidéo du spectacle Fascinacion de tango dont je dispose) ou à l’étranger… De tels projets nécessitent une infrastructure logistique et managériale qu’Alain assume, avec l’aide de quelques bénévoles dévoués, dans le cadre de son association Amalfi.

ImageLe spectacle lui-même est construit depuis sa naissance, avec quelques variantes à chaque saison, autour de la même trame générale : une jeune émigrante abandonnée rencontre plusieurs figures légendaires du cinéma et de l’histoire américaine du XXème siècle, comme Charlot, King Kong, ou encore Al Capone.

Autour de ce fil directeur, se succèdent une série de numéros chantés et dansés dont certains n’ont d’ailleurs avec lui qu’un rapport très lointain (ex : tango sur la planète Mars). Même si la structure narrative surprend parfois par son côté décalé, la qualité des interprètes et notamment des danseurs assure en général au spectacle un très bon succès auprès du public.

Bravo et merci, Alain, pour plus de trente années d’efforts en faveur du tango argentin en France !!

Fabrice Hatem

Renseignements : www.amalfi-france.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *