Así se baila Milonga – Pepito Avellaneda (Testimonos)

Documentaire de Espejo-Bernachea, Argentine, 1998, 49 minutes 

ImageDécédé en 1996, Pepito Avellanada – de son vrai nom Juan José Domingo Monteleone – était un célèbre danseur de tango et surtout de milonga de bal, au style joyeux et picaresque. Improvisateur et guideur exceptionnel, doué d’un grand sens rythmique, il a joué un rôle majeur dans la transmission de la tradition populaire à la nouvelle génération de danseurs apparue à l’occasion de la résurrection tanguera des années 1980 et 1990. Ses amis et ses anciens élèves, souvent devenus depuis des artistes reconnus, comme Milena Plebs ou Miguel Angel Zotto, se souviennent avec tendresse de cet homme bon vivant et bohème, capable de danser et de faire la fête des nuits entières.

Le documentaire lui rend hommage à travers de nombreux enregistrements de démonstrations, filmés en Argentine (Gricel, Galeria del tango) ou dans le reste du monde (France, Canada, Hollande, Belgique, Japon), à l’occasion de ses tournées. Ces extraits sont entrecoupés de nombreux témoignages de ceux qui l’ont connu, comme sa femme et partenaire Suzuky, les danseurs Maria Nieves, Miguel Angel Zotto, ainsi que d’entretiens avec le maestro…. Un dosage bien réussi par le réalisateur qui parvient à nous faire ressentir la joie communicative et l’expressivité tranquille de sa danse, ainsi que la gentillesse et la simplicité du personnage. Bien sûr, la répétition des compliments finit par donner au film un caractère un peu trop hagiographique, mais qu’importe, tant cette trogne de bon vivant aux yeux d’enfant émerveillé par la vie attire effectivement notre sympathie…

Pepito Avellaneda portait en lui tout la saveur de la milonga populaire : la danse en terre, le jeu rythmique, la sureté du guidage, l’inventivité, le burlesque. Mais n’avait pas de formation de danseur académique. Cela se sent parfois un peu dans la raideur ou l’imprécision de certains mouvements, une élégance voire un équilibre un peu défaillants dans certains passages de virtuosité. Homme âgé, pansu et de petite taille, il ne forme pas toujours un couple très convaincant esthétiquement avec certaines danseuses professionnelles longilignes qui le dépassent d’une bonne tête. Quant à sa partenaire Suzuky, elle manque parfois un peu de souplesse et de grâce. Le succès de Pepito au cours des années 1980 et 1990 était donc peut-être un peu affaire de circonstances, à une époque où le savoir intuitif des vieux danseurs de bal n’avait pas encore été réapproprié et structuré par de jeunes artistes de formation académique possédant une technique corporelle infiniment supérieure à la leur. Il n’en reste pas moins que l’on peut, encore aujourd’hui encore, apprendre énormément de lui en regardant ce documentaire (d’ailleurs complété par deux autres DVD à vocation plus directement pédagogique).

Fabrice Hatem

Renseignements : www.musicargentina.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *