Violeta se Fue a los Cielos (Violeta s’en est allée au Ciel)

28/11/2012
By

Fiction de Andrés Wood, Chili, Argentine, Brésil, Espagne, 2011,  110 minutes

ImageBasé sur le roman biographique de Angel Parra, Violeta Parra, ma mère, Ce film retrace la vie de la grande chanteuse chilienne, morte en 1967 à 50 ans après avoir joué un rôle pionner dans la redécouverte du folklore populaire de son pays. Suivant une trame chronologique, mais rythmée par de nombreux flash-back et des scènes d’interviews télévisés,  le film retrace, dans le style d’une fiction mais en respectant les faits réels, les principales étapes de la vie de la chanteuse : son père professeur de musique, qui meurt trop jeune, détruit par l’alcool, la laissant orpheline et démunie ; le petit music-hall ambulant qu’elle monte avec toute sa famille, pour vivre de tournées misérables ;  ses pérégrinations à travers le Chili, accompagnée de son fils, pour aller recueillir le patrimoine folklorique populaire qui constituera le fondement de son œuvre d’auteur-compositrice ; son engagement politique communiste ; ses voyages et ses séjours en Europe, marqués par sa liaison avec le musicologue suisse Gilbert Favre ; ses incursions dans les arts plastiques, comme la peinture et la broderie ; enfin la  création dans les faubourgs de Santiago, sous un grand chapiteau,  de son centre des arts, dont l’échec contribuera à son suicide… La bande sonore, où les principales compositions de Violeta Parra sont interprétées avec talent par Francisca Gavilàn, nous permet de suivre pas à pas la genèse d’une œuvre profondément enraciné dans la vie de Violeta.

Le choix du récit fictionnel nous permet, mieux qu’un documentaire, de prendre la mesure du caractère entier et rugueux d’une artiste sans concession et d’une femme blessée jusqu’à la mort par les déceptions de la vie. Francisca Gavilàn incarne avec une grande puissance un personnage entier et douloureux, toujours vêtue sans recherche de vieilles jupes informes, parcourant à pied les montagnes rocailleuses des Andes chiliennes pour recueillir les chants traditionnels de la bouche des vieux paysans, perdant sa petite-fille nouveau-né alors même qu’elle connaît ses premiers succès internationaux lors d’une tournée en Pologne, capable d’apostropher violement au cours d’un concert un public insuffisamment attentif, et nouant avec son dernier et trop jeune amant une relation houleuse dont l’achèvement la plongera dans une désespoir sans retour. On sent aussi monter, au fil des scènes de colère quasi-hystérique, les signes d’une instabilité psychologique qui conduira finalement l’artiste à mettre fin à ses jours.

Même si le montage apparaît parfois inutilement complexe, multipliant de manière trop systématique les flash-back et les entrelacs de plans narratifs, le film frappe comme un coup de poing, provoquant à la fois l’empathie pour ce caractère entier et fragile et l’intérêt pour cette artiste pionnière de la découverte du folklore andin.

Fabrice Hatem

(Vu au festival Filmar en America latina, à Genève, le Dimanche 25 novembre 2012)

www.filmar.ch

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Inscription Newsletter

A la une

Un grand danseur d’afro-cubain à Santiago : Jesus Larosa Perez

Santiago de Cuba, Vendredi 22 juillet 2011 Âgé de 28 ans, issu d’une famille de forte tradition artistique, Jesus Larosa Perez a été pendant...

Read more »

Tango argentin et Son cubain : Pourquoi l’un pleure et l’autre rit ?

C’était un soir de l’hiver 2009, dans mon petit studio du Plateau de Champel, à Genève, où j’habitais alors. Je venais de regarder une...

Read more »

Daniel Juarez et Alejandra Armenti : porter à la scène l’authenticité du tango de bal

(Pour consulter la petite vidéo documentaire que j’ai réalisée sur ce très beau couple de danseurs, cliquez sur le lien suivant : Documentaire. Pour...

Read more »