Tangovia, une association dédiée à la promotion du tango

salida35 zarateEditeur : La Salida n°35, octobre-novembre 2003

Auteur : Fabrice Hatem

Tangovia, une association dédiée à la promotion du tango

Le récent festival « Buenos Aires Paris tango » du théâtre de Chaillot nous a permis d’apprécier la vitalité du 2X4 portègne d’aujourd’hui, à laquelle une jeune génération de musiciens insuffle une énergie nouvelle : Ramiro Gallo et son quintet, Andres Linetsky et son quartet Vale tango, le trio Falasca-Agri-Zarate, l’Orquesta escuela de tango … A l’origine de cette manifestation, se trouve L’assocation Tangovia Buenos Aires. Son président, Ignacio Varchausky, qui est aussi le contrebassiste du groupe El Arranque et le directeur artistique de l’Orquesta Escuela de Tango, nous parle de cette initiative originale.

Qu’est ce que Tangovia ?

 C’est une organisation sans but lucratif, fondée il y a 5 ans, et visant à la promotion de la musique tango sous toutes ses formes, avec une forte composante éducative. Elle comprend 5 départements : éducation, constitution d’archives musicales, édition discographique, concerts en Argentine, organisation de tournées internationales. Chacun des artistes impliqués dans l’association participe à toutes ses activités.

Le point de départ a été le festival de tango de la Cuidad de Buenos Aires, organisé par le secrétariat argentin à la culture depuis 1999. Cette initiative a créé une dynamique qui s’est, entre autres, traduite par la création de l’Orquesta escuela de tango en 2000. Celle-ci, dirigée par Emilio Balcarce, comprend deux orchestres (1ère et 2ème année). Nous avons également organisé des concours de composition, de danse. Cette politique culturelle a généré un intérêt nouveau pour le tango dans le public portègne : l’audience de la radio de tango de la ville a par exemple quintuplé au cours des deux dernières années.

Aujourd’hui, les initiatives de l’association se multiplient, Nous préparons par exemple un livre sur les différents styles musicaux du tango, un documentaire sur l’Orquesta Escuela tango. Et bien sûr, il y a ce Festival de Chaillot, organisé en partenariat avec le secrétariat argentin à la culture et le Théâtre national de Chaillot.

Quelle est la philosophie du festival de Chaillot ?

Le programme, conçu en collaboration avec Carlos Villalba, est directement inspiré de celui du dernier festival de Tango de Buenos Aires, qui a eu lieu en mars dernier. Il cherche à associer musique et danse, dans deux perspectives complémentaires. Pour la danse, nous avons cherché à montrer autre chose que la danse de scène, de rendre hommage à la tradition des milongas populaires, qui constitue la racine la plus pure de cette danse. Concernant la musique, nous avons voulu montrer un panorama des tendances du tango de Buenos aires d’aujourd’hui, en faisant en sorte que les jeunes musiciens participant aux activités de l’association puissent montrer leur propre travail.

La programmation inclut différents orchestres, comme le trio Falasca-Agri-Zaratte ou le quartet Vale Tango. Quant à l’orchestre Tangovia lui-même, il comprend plusieurs directeurs différents, qui sont aussi musiciens de l’orchestre, et le dirigent à tour de rôle dans leurs différents arrangements ou compositions.Certains s’inscrivent dans l’héritage de Piazzolla, avec une influence Jazz, comme Carlos Corrales. D’autres, comme Nicolas Lesdema, sont plus traditionnels. D’autres développent un style complètement original, comme Ramiro Gallo ou Andrès Linestsky. Quant à Emilio Balcarce, qui a 65 ans de carrière, il a été arrangeur de l’orchestre de Pugliese et du Sexteto Tango. Il a un son très traditionnel, mais sa pensée musicale évolue en permanence, avec des arrangements toujours nouveaux et modernes. Il nous a paru intéressant de montrer ainsi toutes les facettes et potentialités d’un Orquesta tipica.

Le tango est comme un arbre dont sortent différentes branches. C’est une variété de possibilités très étendue, bien plus encore que ce que nous avons présenté dans le spectacle. Nous avons également voulu montrer qu’après le Sexteto major ou Julian Plaza, il y a autre chose, une nouvelle génération qui innove tout en maintenant vivant le style.

Propos recueillis par Fabrice Hatem

On peut retrouver les interprétations de l’orchestre Tangovia Buenos Aires dans le récent CD paru chez Milan Music, Buenos Aires tango-2, Milan 301 659-6 (2003)

Le trio Agri-Zarate-Falasca

De formation récente, le trio associe trois jeunes musiciens dotés d’une solide formation, à la fois classique et de tango. Le violoniste, Pablo Agri a déjà joué avec les « grands » du tango, Comme Nestor Marconi ou Horacio Salgan. Fils du regretté Antonio Agri, un des principaux violonistes de Piazzolla, il a enregistré avec son père et l’Orchestre Symphonique de Lettonie un CD remarqué, « Agri x 2 ». Le pianiste Christian Zárate, qui a débuté sa carrière à 16 ans, a joué auprès des plus grands maîtres comme Atilio Stampone ou Julian Plaza. Il a fait partie de la troupe de Tango Argentino à Broadway et a assuré la direction artistique du spectacle Perfume de tango de Miguel Angel Zotto. Enfin, le contrebassiste Daniel Falasca a participé à de nombreux orchestres classiques et populaires. Il a accompagné des chanteurs de tango comme Roberto Goyeneche ou Rosanna Falasca.

C’est à l’occasion d’une tournée au Japon avec l’orchestre Color Tango en 1996 qu’est née entre Pablo Agri et Daniel Zarate l’idée de jouer en duo. Daniel Falasca vient bientôt les rejoindre, pour former le groupe dans sa composition actuelle. Celui-ci rencontre dès lors un succès croissant, réalisant plusieurs tournées internationales, en Europe, au Japon et en Amérique latine (Uruguay notamment).

Les trois musiciens ont travaillé d’arrache-pied pendant un an pour préparer leur premier CD, Preparense (2002), qui associe des thèmes plus contemporains, comme Preparense de Piazzolla, et plus anciens, comme Nunca Tuvo Novio de Bardi, en passant par des compositions de Troilo, Cobian, ou de Caro. Les arrangements, souvent signés par Daniel Falasca, sont en fait le produit d’une élaboration collective entre les trois musiciens. La sonorité du trio reste dans une ligne assez strictement tanguera, sans volonté de mélanger avec styles extérieurs comme le Jazz, mais en recherchant des harmonies plus originales. Son prochain CD, qui devrait paraître avant la fin de l’année, incorporera des musiciens invités (et notamment des bandonéonistes).

Comme l’explique Pablo Agri, la musique de concert et de bal constituent deux différents types de musique, destinés respectivement à la partie supérieure et inférieure du corps. Le trio privilégie le concert, l’attention du public y étant meilleure que dans un bal. Il ne souhaite pas non plus changer son esthétique pour accompagner des shows de danse, les danseurs professionnels étant souvent habitués à danser sur des enregistrements connus, de préférence aux nouvelles formes d’expression musicale. Il a cependant dans son répertoire des thèmes dansables, des milongas notamment, comme Trampera.

Fabrice Hatem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *